Menu

Listes électorales : Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé rejetés


Rédigé le Samedi 20 Mai 2023 à 17:25 | Lu 149 fois Rédigé par



Listes électorales : Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé rejetés

Malgré leur retour en Côte d'Ivoire et leur reprise respective de l'activité politique, les fortunes de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé ont été mitigées. Après avoir formé un nouveau parti, Laurent Gbagbo s'apprête à rallier ses partisans à ses premières élections locales en plus d'une décennie depuis qu'il a quitté la politique. Charles Blé Goudé a lancé une campagne de "réconciliation", préférant attendre avant de mettre son parti aux élections. Les deux hommes ont pris l'acte de se réinscrire sur les listes électorales en décembre, mais n'obtiendront pas gain de cause.
Blocage Selon le président de la Commission électorale indépendante (CEI), la loi électorale stipule qu'une personne ne peut être inscrite qu'une seule fois sur les listes électorales, et que l'inscription est en principe à vie, « sauf dans deux cas ». Elle est suspendue lorsqu'une personne est « privée de ses droits civils et politiques » et « éventuellement suspendue en cas de décès ». Pour ceux qui ont été privés de leurs droits civils et politiques, après leur exécution ou la disparition des motifs légitimes de privation, ils seront soit enregistrés par la Commission électorale de leur propre initiative, soit ils en profiteront pour intenter eux-mêmes une action en justice. . Quand il a découvert que son nom n'y figurait pas.
Après avoir bénéficié d'une amnistie présidentielle en août 2022, Laurent Gbagbo a continué à réclamer "l'amnistie" afin de lui permettre de participer pleinement aux différents processus électoraux à venir. Si la situation persiste, il sera automatiquement exclu de l'élection présidentielle de 2025 à laquelle il se prépare, et la loi électorale ivoirienne dit qu'il est inéligible s'il n'est pas électeur. Une sorte d'épée de Damoclès suspendue au-dessus de sa tête, imposant "combattre à nouveau". Les observateurs politiques se sont également interrogés sur la participation de son parti aux prochaines élections locales. Un boycott, qu'il soit "agressif ou pacifique", pourrait à nouveau raviver un climat politique qui s'est largement apaisé depuis le retour de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé.



Nouveau commentaire :