Menu

Le dollar américain se situe à nouveau à la barre des 600 francs CFA


Rédigé le Lundi 22 Mai 2023 à 20:39 | Lu 219 fois Rédigé par



Le dollar américain se situe à nouveau à la barre des 600 francs CFA
Comme c'est le cas dans de nombreuses régions du monde, l'Afrique n'est pas à l'abri des défis posés par les changements affectant la monnaie américaine. Malgré un accord de stabilisation avec la zone euro, les pays de la zone franc CFA résistent de toutes leurs forces.
 
Au 21 mai 2023, le dollar américain s'échangeait juste au-dessus de 606,7 francs CFA, en hausse de 3,4 % depuis début mai. La valeur du dollar a lentement augmenté au cours des 30 derniers jours, avec une pression supplémentaire sur les réserves de change des pays utilisant le franc CFA, car les importations sont plus chères que les exportations.
Encore une fois, la faute n'est pas aux Unions Monétaires de l'Afrique de l'Ouest et du Centre. En fait, 14 des 16 autres devises de référence africaines surveillées par African Markets se sont dépréciées par rapport au dollar depuis le début de 2023. Outre les effets liés à l'attachement des pays de la zone franc à l'euro, il existe des dynamiques propres à la devise américaine qui pourraient expliquer la situation.
 
La hausse du billet vert a surpris de nombreux acteurs du marché, car en début d'année, le billet vert était largement attendu en baisse. De nombreuses hypothèses ont même été avancées sur l'effondrement de cette monnaie, arguant du déclin de la loi selon laquelle elle servait principalement à acheter du pétrole, principale matière première mondiale. Les relations entre la Russie, les États arabes, les BRICS et la Chine annoncent le début de la fin de la demande en dollars.
Ainsi, la récente hausse mensuelle peut sembler surprenante, mais les événements conjoncturels de l'économie américaine pourraient l'expliquer tout en offrant une certaine perspective.
 
Premièrement, il y a le débat en cours sur la hausse des niveaux d'endettement des États-Unis. Les investisseurs peuvent parier sur un défaut du gouvernement américain et chercher refuge. Le dollar américain est l'un des actifs refuges, car les cours boursiers ne sont pas aussi élevés qu'il y a deux ans et les prix des matières premières sont sous pression. Sa forte demande justifiera son développement.
Cependant, cette hypothèse n'est pas exempte de critiques. Si les investisseurs avaient réellement l'impression que l'économie américaine risque de s'effondrer, on observerait une forte pression sur les principales bourses américaines, ce qui n'est pas le cas pour le moment, du moins pas à grande échelle. D'autres arguments expliquent la hausse du dollar, tels que des données économiques très volatiles, y compris les chiffres sur les créations d'emplois, qui suggèrent que la demande des consommateurs et des producteurs continuera de progresser, ainsi que l'inflation, les taux d'intérêt et le dollar. Cependant, les 12 derniers mois ont démontré qu'en ces périodes, il est désormais devenu difficile de prévoir au-delà du moyen terme.
Selon que cette performance du dollar se maintiendra ou non, la principale conséquence pour les pays de l'UEMOA et de la CEMAC sera une légère amélioration des revenus extérieurs. Une monnaie américaine en hausse donnera plus de valeur en monnaie locale aux produits agricoles de rente, dont les valeurs sont en hausse ou en perspective de l'être (cacao, coton). Elle pourrait également permettre de compenser légèrement la baisse des prix des hydrocarbures, qui traversent une mini-crise avec un baril à son niveau le plus bas des deux dernières années. Cependant, un dollar fort fera encore augmenter les prix des produits et services internationaux payés par les deux sous-régions, occasionnant ainsi une nouvelle pression en termes d'inflation.
Pour le moment, il reste difficile de prédire avec exactitude quand les turbulences qui secouent actuellement l'économie américaine et sa monnaie prendront fin, étant donné que le dollar est également la principale devise des échanges commerciaux mondiaux. Dans ces incertitudes, les pays de l'UEMOA, de la CEMAC et l'Union des Comores peuvent continuer à compter sur la couverture que leur confère le rattachement à l'euro par une parité fixe. La zone euro a tout intérêt à disposer d’une monnaie solide, ce qui profite par ricochet à ses partenaires africains. Ecofin



Nouveau commentaire :