Menu

Contestation devant la Cour suprême : Mauvaise nouvelle pour Karim et ses partisans


Rédigé le Samedi 9 Mars 2024 à 10:17 | Lu 114 fois Rédigé par


Découvrez les derniers développements concernant le recours devant la Cour suprême initié par le Front démocratique pour une élection inclusive (FDPEI), dirigé par le PDS. Malgré leur détermination, des spécialistes estiment que leur démarche pourrait être compromise en raison de l'absence d'intérêt à agir et de la validation préalable du décret par le Conseil constitutionnel.


Le Front démocratique pour une élection inclusive (FDPEI), notamment le PDS, ne renonce pas à sa lutte pour un report des élections. Ils prévoient de déposer un recours devant la Chambre administrative de la Cour suprême contre le décret convoquant le corps électoral pour le 24 mars. Mayoro Faye, membre de la direction nationale du parti libéral, a affirmé à L’Observateur que cette action sera entreprise en début de semaine.

"Nous attaquerons dès lundi le décret de convocation du collège électoral et de tout autre décret concernant cette élection du 24 mars pour excès de pouvoir devant la Cour suprême avec demande de sursis à exécution", a-t-il déclaré.

Bien que le collaborateur de Karim Wade reste optimiste, certains spécialistes estiment que leur démarche est vouée à l'échec. Pr Babacar Guèye souligne que la Cour suprême pourrait leur opposer l'absence d'intérêt à agir, car la candidature de Karim Wade a été rejetée par le Conseil constitutionnel. Il sera donc difficile pour le PDS d'être considéré comme lésé ou concerné par le décret présidentiel.

De plus, le décret a déjà été validé par le Conseil constitutionnel, dont les décisions sont contraignantes pour toutes les autorités. Ainsi, la démarche du PDS pourrait rencontrer des obstacles juridiques importants.
 



Nouveau commentaire :