Menu

Les journalistes de RFI et France 24 doivent désormais respecter une nouvelle charte de déontologie en Afrique


Rédigé le Mardi 18 Juillet 2023 à 11:04 | Lu 95 fois Rédigé par



Les journalistes de RFI et France 24 doivent désormais respecter une nouvelle charte de déontologie en Afrique
Il y a quelques heures, le groupe France Médias Monde a publié une nouvelle charte de déontologie pour ses journalistes. Certaines parties du document semblent intégrer des reproches faits récemment aux médias du groupe par des dirigeants africains.
Les journalistes du groupe France médias monde ont une nouvelle charte de déontologie. L’information a été rendue publique par les médias du groupe, notamment RFI, France 24 et Monte Carlo Doualiya. Pour le moment, rien n’indique que la nouvelle charte implique également TV5 Monde dont France Médias Monde est actionnaire.
« La présente charte a donc pour objet de rappeler les principes essentiels relatifs à la déontologie des journalistes tels que l’indépendance, la liberté, la transparence, l’honnêteté de l’information, l’expression pluraliste des courants de pensée et d’opinion, la représentation de la diversité des populations et la représentation des femmes au sein des programmes des services édités par France Médias Monde (RFI, F24 et MCD). Elle vise à rassembler dans un document unique ces principes et valeurs qui unissent tous les collaborateurs de France Médias Monde », peut-on lire dans le communiqué du groupe.
Le nouveau document guide la pratique du journalisme au sein des médias de France médias Monde sur tous les territoires où ils sont présents, notamment en Afrique. Le continent semble même avoir suggéré certaines parties de la charte. Par exemple, France 24 a été suspendu au Burkina Faso suite à la diffusion diffusé des réponses écrites d’Abou Obeida Youssef al-Annabi, le chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), le 6 mars dernier. Pour éviter ce type de situations, la charte préconise que « les journalistes évitent de diffuser les éléments de propagande (images, sons, vocabulaire…) », lors de la présentation de terroristes à l’antenne.
Ces dernières semaines, quelques dirigeants africains ont critiqué le travail du groupe et leurs reproches semblent avoir été pris en compte dans la charte. On peut se demander si le document et son application permettront de pacifier des relations, plutôt tendues, entre certains médias du groupe et les autorités de certains pays africains comme le Mali et le Burkina Faso. RFI et France 24 sont suspendus depuis plusieurs mois dans ces pays. ECOFIN



Nouveau commentaire :