Menu

Litige Foncier Diass-Keur Mousseu: QVS appelle à la Négociation autour d'une Table


Rédigé le Vendredi 12 Avril 2024 à 10:32 | Lu 121 fois Rédigé par


Dans un récent échange, le conseil technique du directeur de QVs a soulevé des préoccupations concernant un différend persistant entre sa société et Nouvelleville, centré sur l'exploitation des terres. Cette controverse, basée sur des affirmations de Nouvelleville selon lesquelles ils détiendraient un décret autorisant leur occupation, a provoqué des tensions entre les deux parties.

Selon le représentant de QVs, le cœur du problème réside dans la validité et la légitimité du décret détenu par Nouvelleville. Tout d'abord, il souligne que le décret en question ne comporte pas de coordonnées précises, ce qui pose des questions sur sa pertinence et sa véracité. De plus, il insiste sur le fait que ce décret aurait été signé dans un département différent de celui où se trouve la zone contestée, remettant ainsi en question sa légitimité géographique.

Le représentant de QVs rappelle également qu'avant d'entreprendre toute exploitation, leur société a obtenu un protocole d'accord du ministère de l'Environnement, établissant ainsi une base légale pour leurs activités sur une période de 25 ans. Cette autorisation, appuyée par des investissements substantiels dans l'infrastructure agricole, semble légitimer la position de QVs dans ce différend.

En réponse aux allégations de Nouvelleville selon lesquelles des financements étrangers auraient été utilisés pour leur projet, le représentant de QVs souligne que leur financement a été obtenu de manière transparente et légitime, sans implication de tiers étrangers. Il rejette ainsi les accusations de Nouvelleville concernant une ingérence étrangère dans le conflit.

Concernant la légalité du décret détenu par Nouvelleville, le représentant de QVs exprime des doutes quant à son existence réelle, mettant en doute sa publication officielle dans le Journal Officiel. Il soulève également des questions sur la procédure suivie pour obtenir ce décret et demande une clarification de la part des autorités compétentes.

Enfin, le représentant de QVs appelle à un règlement pacifique de ce différend, mettant en avant la nécessité d'une médiation gouvernementale pour résoudre le conflit de manière équitable et légale. Il insiste sur le respect du cadre légal établi par le protocole d'accord avec le ministère de l'Environnement et exprime sa volonté de s'engager dans des pourparlers constructifs pour trouver une solution acceptable pour toutes les parties concernées.

En conclusion, le différend foncier entre Nouvelleville et QVs soulève des questions importantes sur la légitimité et la validité des autorisations d'exploitation. Alors que les deux parties revendiquent la propriété des terres en question, il est essentiel que les autorités compétentes interviennent pour établir la vérité et garantir une résolution juste et équitable de ce conflit.





Nouveau commentaire :