Menu

Confirmation : l'armée française maintiendra sa présence au Tchad


Rédigé le Vendredi 8 Mars 2024 à 09:46 | Lu 579 fois Rédigé par


L'envoyé de Macron confirme que l'armée française restera au Tchad, louant le processus de transition. Découvrez les détails et le contexte de cette décision, ainsi que les réactions suite à la récente mort d'un opposant politique.


Jean-Marie Bockel, envoyé personnel du président français Emmanuel Macron pour l'Afrique, a affirmé lors d'une conférence de presse à N'Djamena que l'armée française restera au Tchad, tout en exprimant l'admiration de la France pour le processus de transition dirigé par le général Mahamat Idriss Déby Itno, président de la junte au pouvoir depuis trois ans.

Actuellement, environ un millier de militaires français sont déployés au Tchad. Cette déclaration intervient dans un contexte où les juntes militaires ont expulsé l'armée française du Mali, du Burkina Faso et du Niger, mettant ainsi fin à une décennie d'intervention antijihadiste au Sahel.

Jean-Marie Bockel a également indiqué que le président Macron lui a chargé de travailler avec N'Djamena sur une adaptation du dispositif militaire français pour mieux répondre aux enjeux sécuritaires de la région.

Le général Déby, à la tête d'une junte de 15 généraux, a été proclamé président de Transition en avril 2021 à la suite du décès de son père, Idriss Déby Itno, qui dirigeait le Tchad depuis 30 ans.

La déclaration de Jean-Marie Bockel intervient à quelques mois d'une élection présidentielle où le candidat Déby est largement favori en l'absence de rivaux sérieux dans une opposition soit ralliée à la junte, soit violemment réprimée selon les ONG internationales de défense des droits humains.

Cette annonce survient également huit jours après la mort de Yaya Dillo Djérou, principal rival politique et cousin de Mahamat Déby, lors d'un assaut de l'armée contre le siège de son parti. Les circonstances de sa mort suscitent de vives réactions et soulignent les dangers auxquels sont confrontés les politiciens de l'opposition au Tchad."
 



Nouveau commentaire :