Menu

Saliou Ndiaye sur la situation de l'APR à Thiès: "Nous sommes dans une armée mexicaine. Chacun est responsable dans le parti"


Rédigé le Lundi 26 Juin 2023 à 12:15 | Lu 82 fois Rédigé par


Membre fondateur de l'Alliance pour la République, Saliou Ndiaye, a remis dimanche 25 juin, à des groupements féminins de Randoulène Nord, dans son fief natal, une enveloppement de 1 million 500 000 F CFA pour démarrer des activités génératrices de revenus. il a saisi de tribune pour réitérer une nécessité d'une cohésion des leaders de l'Alliance Pour la République dans la capitale du rail.


"Nous sommes dans une armée mexicaine. Chaque responsable de l'Alliance Pour la République déroule ses propres activités sans associer les autres", telle est la remarque du membre fondateur dudit parti politique allié de la mouvance présidentielle, Saliou Ndiaye.

Il a fait cette révélation hier dimanche, lors de la cérémonie de remise de financements aux groupements de femmes de Randoulène, membres du Groupement d'intérêt économique (GIE ) "Eutou Saliou Ndiaye". Par ailleurs, il a saisi l'occasion pour réitérer une nécessité d'une cohésion  des leaders de l'Apr dans la ville de Thiès afin d'assurer au Président Macky Sall un deuxième quinquennat.

Par la même occasion, "l'homme social" a donné son avis sur la décision de l'avocat du leader de Pastef, Ousmane Sonko, Juan Branco qui est toujours  sur la collecte de preuves lors des manifestations violentes du mois de juin au Sénégal et qui ont suscité plusieurs morts et des dégâts matériels. Il veut porter le dossier au Cour pénale internationale ( CPI). Pour lui, Juan Branco est dans l'enfantillage.

Pour rappel, cette activité entre dans le cadre de la politique sociale du Président de la République envers les jeunes, les femmes, entre autres. Elle est orientée dans l'économie sociale et solidaire, une niche d'emploi et de cohésion sociale. Saliou Ndiaye ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Après avoir remis un moulin à mil aux femmes de son quartier, il prépare d'autres actions humanitaires en perspective.



Nouveau commentaire :