Menu

"Le monde ne peut pas être dirigé par le G7": New Delhi s’exprime sur l’avenir des BRICS


Rédigé le Dimanche 17 Décembre 2023 à 21:53 | Lu 184 fois Rédigé par



"Le monde ne peut pas être dirigé par le G7": New Delhi s’exprime sur l’avenir des BRICS
Les BRICS ont apporté leur touche au monde multipolaire en cours de formation. Le groupe ne compte pas s'arrêter de si tôt, puisqu'il entend prendre de l'ampleur, de sorte à prendre de l'importance, selon le chef de la diplomatie indienne. D'autres adhésions, en plus de celles opérées en août, sont prévues.
Les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) vont se développer, s'enrichir de nouveaux membres  et accroître leur influence, a déclaré Subrahmanyam Jaishankar, ministre indien des Affaires étrangères.
"J'ai de bonnes attentes à l'égard de l'avenir des BRICS. Je pense qu'ils se développeront, qu'ils augmenteront leur influence et qu'ils compteront certainement de nouveaux membres", a-t-il indiqué en répondant à une question posée lors d'un événement organisé par l'Institut Rotary à Bangalore.
Selon lui, les BRICS ont convenu d'accepter six nouveaux membres lors de leur prochain sommet.
M.Jaishankar a expliqué que le monde était très diversifié par rapport "à une certaine époque, où la domination de quelques pays et cultures a conduit à la suppression des autres".
Le message des BRICS était de dire: "Regardez, nous sommes là!' Le monde ne peut pas être dirigé par sept pays [le G7, ndlr] qui représentent un ou deux continents. Les BRICS sont un message de diversité, d'indépendance, qui veut que les manifestations naturelles de la diversité dans la culture, l'économie, la politique soient mises en avant. C'est logique. Je pense que l'histoire évoluera dans ce sens et que les BRICS iront dans la même direction", a ajouté leministre.
Les BRICS sont formés du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du Sud.

Lors du sommet du groupe à Johannesburg du 22 au 24 août dernier, le Président sud-africain, Cyril Ramaphosa, en avait annoncé l'élargissement. De ce fait, dès le 1er janvier 2024, les BRICS deviendront BRICS+ et comprendront en sus l'Arabie saoudite, l'Égypte, les Émirats arabes unis, l'Éthiopie et l'Iran.
L'Argentine devait aussi initialement rejoindre les BRICS en 2024, mais son nouveau Président Javier Milei, élu le 10 novembre, a déclaré qu'il n'allait pas promouvoir les relations avec le Brésil, la Russie et la Chine. Sa ministre des Affaires étrangères, Diana Mondino a annoncé le 30 novembre que l'Argentine n'adhérerait pas aux BRICS. Sputnik



Nouveau commentaire :