Menu

Le Président ivoirien change d’avis concernant l’intervention militaire au Niger


Rédigé le Jeudi 9 Novembre 2023 à 11:31 | Lu 120 fois Rédigé par



Le Président ivoirien change d’avis concernant l’intervention militaire au Niger
Suite à des mises en garde de la part de son état-major militaire, le Président de Côte d’Ivoire a abandonné l’idée d’une intervention militaire au Niger, avancée en juillet par la CEDEAO, écrit Jeune Afrique. Il a ainsi démobilisé les militaires qui devaient prendre part à l’opération.
Privilégiant la voie diplomatique et politique, la Côte d’Ivoire n’envisage plus l’option d’un recours à la force au Niger  pour restaurer l’ordre constitutionnel.
L’idée d’une intervention militaire semble définitivement enterrée, relate Jeune Afrique.
Le Président Alassane Ouattara, l’un des partisans d’une opération militaire, a reçu plusieurs avertissements de la part de son état-major, qui jugeait l'opération trop sensible, selon le média. Début novembre, la Côte d’Ivoire a ainsi démobilisé les 700-800 militaires qui devaient prendre part à l’opération.
Cette prise de position semble corroborer la logique de l’abandon  d’une intervention de la Communauté économique des États de l'Afrique (CEDEAO). Plus personne au sein de l’organisation n’est dans l’optique d’une opération armée avancée il y a trois mois, avait indiqué fin octobre un diplomate d’un pays membre à RFI.
Les pays contributeurs ayant rassemblé leurs troupes auraient versé les primes prévues. D’après le média, la CEDEAO démobilise désormais discrètement ses forces. Fin juillet, suite à un coup de force à Niamey, la CEDEAO a imposé des sanctions économiques contre le Niger et a menacé d’intervenir militairement si l’ordre constitutionnel n’était pas rétabli. À la mi-août, une réunion des chefs d’état-major des membres du bloc a été tenue à Accra. La CEDEAO a dit être "prête à intervenir" dès que les dirigeants des pays ouest-africains en donneraient l'ordre. En octobre, les militaires au pouvoir au Niger ont appelé l’organisation régionale au dialogue en expliquant que le pays souffrait des effets des sanctions. Sputnik



Nouveau commentaire :