Menu

Le Gouvernement Sommationne les Meuniers pour Maintenir la Production de Farine


Rédigé le Mardi 25 Juin 2024 à 00:45 | Lu 108 fois Rédigé par


Le gouvernement somme les meuniers de continuer la production de farine en respectant les nouveaux prix, sous peine de prendre des mesures pour assurer l'approvisionnement du marché. Des vérifications seront effectuées pour contrer les pratiques commerciales douteuses.


Le gouvernement a adressé une mise en demeure aux meuniers, lundi, leur ordonnant de continuer la production de farine en respectant les nouveaux prix établis.

"Le gouvernement ordonne aux meuniers de poursuivre leurs activités de production en conformité avec les nouveaux prix fixés. À défaut, il prendra toutes les mesures nécessaires pour garantir un approvisionnement régulier du marché", a déclaré le ministre du Commerce et de l'Industrie.

L'Association des meuniers et industriels du Sénégal (AMIS) a décidé de cesser la production de farine pour exprimer son désaccord suite à la baisse du prix de la baguette de pain imposée par le gouvernement.

"Le gouvernement de la République du Sénégal condamne fermement cette décision de l'AMIS qui conteste les mesures prises concernant la farine", a ajouté le ministre, en présence du Secrétaire général du gouvernement.

Serigne Guèye Diop s'est exprimé lors d'une conférence de presse sur la réduction des prix de la farine, expliquant que les meuniers ont choisi de suspendre la production et la vente de farine boulangère, menaçant ainsi l'approvisionnement en pain des ménages.

La réduction des prix fait suite à des consultations tenues du 30 avril au 20 juin 2024, conclues lors de la réunion du Conseil national de la consommation (CNC) en présence de 200 participants.

Le ministre a précisé que la détermination des nouveaux prix de la farine de blé est basée sur des analyses techniques tenant compte des coûts du marché international et de l'actualisation des autres charges.

Selon lui, les services compétents ont relevé des écarts importants dans les coûts d'approvisionnement des meuniers, variant de 241 euros (150 000 francs CFA) à plus de 300 euros (200 000 francs CFA) la tonne.

Les analyses montrent que certaines entreprises de minoteries pratiquent des surévaluations de charges, suggérant des pratiques commerciales douteuses.

Pour la période de mars à juin 2024, il a été constaté que la subvention ne dépasserait pas 225 francs CFA par sac de 50 kg. En tenant compte des coûts projetés pour fin 2024, le prix du sac est estimé à 15 200 francs CFA.

Le ministre a ajouté que même si l'État devait subventionner les entreprises de minoterie, cela ne dépasserait pas 882 francs CFA par sac de 50 kg.

L'examen des états financiers de ces sociétés révèle que les activités de minoterie sont très rentables, avec des chiffres d'affaires atteignant 110 milliards de francs CFA en 2023, et des bénéfices variant de 2 à 14 milliards de francs CFA.

Le gouvernement réitère sa mise en demeure aux meuniers de continuer la production de farine, assurant qu'il prendra toutes les mesures nécessaires pour garantir un approvisionnement correct et régulier du marché. Des évaluations sont en cours pour gérer les préoccupations liées aux stocks, et des missions de vérification seront entreprises au niveau des minoteries pour examiner les pratiques commerciales douteuses.


 



Nouveau commentaire :