Menu

Récit de l'agression d'un prêtre sur l'Autoroute : Le témoignage bouleversant du Père Jean-François Diagne


Rédigé le Mardi 28 Mai 2024 à 09:22 | Lu 94 fois Rédigé par


Découvrez le récit poignant de l'agression subie par le Père Jean-François Diagne sur l'Autoroute, un témoignage bouleversant d'une violence inouïe. Sa sacoche volée, ses mains blessées, il relate son expérience traumatisante et ses espoirs de guérison. Une histoire marquante qui met en lumière les dangers rencontrés sur nos routes.


Son image a fait le tour des médias traditionnels et des réseaux sociaux. Avec une main immobilisée dans un plâtre, un doigt et une épaule bandés, des vêtements souillés de sang, et un regard empreint de tristesse... En visite au Sénégal, le missionnaire sénégalais, affecté à la Maison provinciale en Espagne, a été violemment agressé à l'entrée de l'Autoroute à péage par un assaillant qui lui a infligé de graves blessures et lui a dérobé sa sacoche contenant des documents et de l'argent. Dans un entretien téléphonique avec L’Observateur, il relate l'horreur vécue.

« La panne de la voiture... »

« L'agression s'est produite juste après que je suis sorti du Service des Mines où je venais de récupérer une nouvelle carte grise pour une voiture qui venait d'être transférée. Ensuite, je voulais faire un détour par Dalifort chez ma grande sœur, donc j'ai pris la sortie de Pikine par l'Autoroute à péage, car il y avait un peu d'embouteillages sur la Nationale n°1. Mais dès que j'ai emprunté l'autoroute à péage, ma voiture a commencé à perdre de la vitesse. J'ai tenté de continuer à avancer, mais la voiture s'est arrêtée. J'ai essayé de voir ce qui n'allait pas du côté droit pour essayer de redémarrer.

« Il a forcé la portière… »

« Ça m'a pris environ cinq minutes. Puis j'ai vu l'agresseur s'approcher de moi avec une machette. Il a forcé la portière qui était légèrement ouverte. Ensuite, il a essayé de me contraindre à rester dans la voiture, ce que j'ai refusé. C'est là qu'il a tenté de m'attaquer avec la machette et j'ai essayé de lui saisir les mains. Quand il a senti ma résistance, il a tiré la machette et m'a blessé aux deux mains.

« Tendon du doigt coupé... »

« L'agresseur était seul. C'est quand il a blessé mes mains qu'il en a profité pour prendre ma sacoche qui était à l'intérieur de la voiture. Je n'ai même pas réalisé tout de suite qu'il l'avait prise car il me demandait aussi de lui donner mon téléphone portable. Quand j'ai ouvert le capot pour prendre la clé à molette pour me défendre, il a fui en sautant par-dessus le muret qui sépare les deux autoroutes. J'ai alors appelé mon mécanicien pour qu'il vienne réparer la voiture. Ensuite, je me suis rendu à l'hôpital général Idrissa Pouye de Grand-Yoff (ex-Cto) où j'ai été opéré, car le tendon de mon doigt était coupé. Ma main gauche était également gravement blessée. Sur ma main droite, mon majeur était également ouvert.

200 euros...

« Ma sacoche contenait ma carte de résidence d'Espagne, ma carte d'identité, la carte grise de la voiture, 200 euros (soit 130 000 F CFA) et 180 000 francs CFA. Pour l'instant, je rends grâce à Dieu. Les douleurs commencent à s'estomper. Les médecins m'ont prescrit des médicaments que je prends actuellement. Comme ma main est plâtrée, je vais attendre les 21 jours prescrits par les médecins pour voir comment les choses évoluent. »
 



Nouveau commentaire :