Menu

L’Inde et le Brésil s’opposent à un élargissement rapide du groupe des BRICS


Rédigé le Lundi 31 Juillet 2023 à 07:55 | Lu 259 fois Rédigé par



L’Inde et le Brésil s’opposent à un élargissement rapide du groupe des BRICS

Brasília et New Delhi souhaitent l’accueil de nouveaux pays dotés du « statut d’observateur » ou de « partenaire » avant leur admission en tant que membres à part entière.

L'Inde et le Brésil s'opposent à la tentative de la Chine d'élargir rapidement le groupe des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) à d’autres économies émergentes, a rapporté Bloomberg jeudi 27 juillet, citant des sources proches du dossier.

Les deux pays ont émis des objections à l’égard d’un élargissement précipité de la coalition de pays émergents lors des réunions préparatoires du Sommet des BRICS, qui doit se tenir du 22 au 24 août à Johannesburg, ont précisé des responsables indiens et asiatiques qui ont préféré garder l’anonymat.

Ils ont également indiqué que la Chine a fait pression à plusieurs reprises en faveur de l’élargissement du groupe lors des réunions préparatoires, en vue d’accroître son influence et son poids dans les organes de gouvernance mondiale. L'ambassadeur d'Afrique du Sud au sein de l’organisation, Anil Sooklal, avait annoncé le 20 juillet, que 22 pays ont officiellement déposé une demande d’adhésion, citant notamment l’Argentine, l’Iran, l’Arabie saoudite et l’Indonésie.

Brasília et New Delhi souhaitent l’accueil des nouveaux pays en tant que « observateurs » ou « partenaires » avant leur admission comme membres à part entière à une deuxième étape. L'Inde a également avancé l'idée selon laquelle les pays membres des BRICS devraient se tourner vers les démocraties telles que l'Argentine et le Nigeria s’ils souhaitent élargir le bloc, plutôt que vers l'Arabie saoudite dont « le régime est dynastique et autocratique », selon un fonctionnaire indien cité par Bloomberg.   

Depuis sa création en 2006, le groupe n'a admis qu'un seul nouveau membre, l'Afrique du Sud en 2010. Le ministère chinois des Affaires étrangères avait annoncé début mai 2022 le début d’un processus d’élargissement. Dans ce cadre, des dirigeants de plusieurs pays en développement dont l'Arabie saoudite, l'Egypte, l'Indonésie, l’Argentine, le Nigeria, l’Algérie et la Thaïlande avaient participé le 23 mai à une conférence virtuelle baptisée « BRICS Plus », et présentée par Pékin comme « une première phase du processus d’élargissement des BRICS ».

Aujourd’hui, le groupe des BRICS représente 42% de la population de la planète (3,2 milliards de personnes) et environ 25% du PIB mondial. Ses membres ne disposent cependant que de 15% des droits de vote à la Banque mondiale et au Fonds monétaire international (FMI). Ecofin




Nouveau commentaire :