Marche thies vendredi 13
Home A la une à Thiès Thies: Marche pacifique contre la hausse du prix du courant ce vendredi 13
A la une à Thiès - 13 décembre 2019

Thies: Marche pacifique contre la hausse du prix du courant ce vendredi 13

Thies: Marche contre la hausse du pris du courant ce vendredi 13

Un  début de prise de conscience collective

Du point de vue de la mobilisation, Thiès a certes moins réussi que Dakar; mais du point de vue de la rage, de la détermination et de la colère, elle semble première.

Au décryptage pourtant, voici la bonne question : le message a t-il été perçu par les autorités ?

Avant  tout le nom du collectif : « gno Lank, gno bagne ! » (Nous refusons catégoriquement).

 En effet, c’est l’expression du ras le  bol d’une population qui en a marre de subir.

 Selon le professeur Souleymane Lo, «  il y a un début de prise de conscience collective, parce que l’augmentation de l’électricité est ressentie par tous et dans tous les ménages.»

Un  sérieux avertissement à prendre en compte

 Pour lui « les gens vivent l’augmentation de la pauvreté et non de la richesse (yokuté ci ndol). Il y a donc là « un sérieux avertissement à prendre en compte. »

C’est aussi le point de vue du professeur Maurice Soudiet Dione car « Senelec avait au contraire promis de baisser les tarifs.»

Cette situation est perçue par les populations comme « la preuve d’une mauvaise gestion et la négligence des besoins vitaux de la société. »

Un   cocktail explosif  de rancœurs

En effet, dans un contexte marqué par « des arrestations de marcheurs (Guy Marius Sagna, Babacar Diop etc.), l’augmentation de l’électricité, les querelles dans la mouvance présidentielle, il se met en place un  cocktail explosif  de rancœurs. »

 Le chercheur rappelle à ce niveau  les actions, à l’époque, du « collectif des imams de Guédiawaye contre les coupures d’électricité.  »

Un  secteur très sensible

Le  secteur de l’électricité  étant très sensible, « il faudrait éviter que les populations se disent qu’il y a une  mauvaise redistribution des ressources et biens publics. »

S’il y a eu « une forte mobilisation à Dakar,  et de tous les âges et sexes : hommes, femmes,  jeunes, adultes et même personnes âgés, c’est que les gens ont une impression de Diay dolé (imposer de force)  », et c’est à cela qu’ils disent « gno Lank, gno bagne ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Maquette de la grande mosquée de Tivaouane

A peine la décision du Khalife des Tidianes, Serigne Babacar SyMansour d’ache…