thies les boutiquiers detaillant 1 845x475 - THIES: Les boutiquiers détaillants ferment boutique et réclament la libération de leurs camarades arrêtés
Home A la une à Thiès THIES: Les boutiquiers détaillants ferment boutique et réclament la libération de leurs camarades arrêtés
A la une à Thiès - 24 juillet 2020

THIES: Les boutiquiers détaillants ferment boutique et réclament la libération de leurs camarades arrêtés

THIES: Les boutiquiers détaillants ferment boutique

Sur  le parvis, grouillant et noir de monde de la promenade des thiessois ,  les boutiquiers détaillants du marché central, se sont regroupés, pour réclamer entre autres exigences, la libération de leurs camarades, placés en garde à vue, pour non-paiement de patentes à dates échues. Ce mouvement d’humeur  ayant obligé le maire Alioune Sow, alors dans le cortège du ministre de la Santé, Abdoulaye  Diouf Sarr,  à mettre pied à terre et venir  s’enquérir de la situation. En venant à vers ses administrés qui l’avaient interpellé, c’était  par respect dit-il «, pour leurs personnes, que  j’ai quitté le cortège du ministre, pour venir, les rencontrer.» A expliqué, l’autorité municipale. D’autres parts, Alioune a estimé que « leurs revendications  étaient légitimes  et qu’il s’est félicité, qu’il n’a pas été noté d’actes d’arrogance, ni regretté de propos vulgaires. » Pour le maire Alioune SOW, cette agitation « était liée à un problème de paiement de patentes ». Autrement dit, les boutiquiers sont aussi frustrés, par «  les commerçants grossistes qui leur font une concurrence déloyale, dans la vente. »

« Éponger une taxe fiscale , n’est pas une compétence du maire. »

Sur ce plan, le maire leur a expliqué aux boutiquiers, que la fixation des prix des denrées sur le marché sur le marché, n’étaient pas, du ressort de la municipalité, mais du gouverneur et du préfet ». D’ailleurs, leur a-t-il expliqué, cette réglementation est appliquée par les services du Contrôle  Economique. Compte tenu du caractère libéral du commerce ,obéissant aux lois , de l’offre et de la demande. Par contre, pour le paiement des patentes  qui semble le concerner, le maire reprécise : «  C’est le démarrage du paiement des patentes qui ont démarré ces jours –ci, qui s’est toujours déroulé, sans aucune difficulté avec les boutiquiers, sans doute, en en situation précaire, avec la covid-19, s’acquittaient généralement  de leurs paiements,  deux ou trois mois, avant la Tabaski ». Pour la municipalité, « ce recouvrement des patentes est une compétence votée par le Conseil  municipal ». «  Éponger une  taxe fiscale,  n’est pas une compétence du maire, mais on peut  discuter des modalités. » A encore poursuivi l’autorité.Le président Mamadou Amadou DÈME, Alioune BÂ, coordonnateur –adjoint de l’association des boutiquiers détaillent  n’en démordent pas pour autant. Ils exigent la libération de leurs camarades, le non-paiement cette année des patentes et le règlement  des difficultés qu’ils rencontrent dans l’exercice de leur profession ». L’Etat étant interpellé..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Reprise de la Omra le 04 octobre

Le ministre saoudien de l’Intérieur a annoncé que le petit pèle…