669 vues

THIÈS : DES PARENTS D’ÉLÈVES ENVISAGENT DE PORTER PLAINTE CONTRE L’ÉCOLE PRIVÉE LUCIE LECLERC POUR « ESCROQUERIE »

L’Association des parents d’élèves de l’institution « Lucie Leclerc Le Cayor » de Thiès annoncent envisager ’’sérieusement’’ de porter plainte contre l’établissement pour escroquerie, après que celui-ci a présenté les candidatures de ses élèves de terminale au Baccalauréat sous le régime de la candidature individuelle, en lieu et place de la candidature officielle comme convenu avec les parents.
Au total 45 candidats des séries L1, L2, S1 et S2 inscrits à l’institution « Lucie Leclerc Le Cayor », sise à la cité Malick Sy, sont concernés par cette situation. 
L’institution Lucie Leclerc est un groupe scolaire présent à Dakar et dans d’autres régions du pays, dont Thiès. « Nous envisageons sérieusement de porter plainte pour escroquerie et nous comptons saisir le ministère », a dit Libasse Barre, président de cette association, mardi, lors d’une conférence de presse dans les locaux de ladite structure scolaire. Il annonce qu’ils comptent rencontrer le procureur mercredi. M. Barre précise que l’APE s’était présentée dès le début de l’année à la direction des études de l’école qui lui avait assuré que les élèves de terminale seraient présentés comme des candidats officiels au Baccalauréat. Les élèves ont été inscrits sur cette base, a-t-il dit. « A notre grande surprise, a-t-il ajouté, lors de l’épreuve d’anticipé de philo, nos enfants élèves en classe de terminale, se sont vu inscrits en candidature individuelle au lieu de candidature officielle ». M. Barre déplore le fait que les parents qui payent 40.000 francs par mois n’aient pas été informés au préalable. Les candidats officiels sont des élèves ayant suivi des enseignements dans un établissement reconnu, alors que les candidats individuels sont inscrits dans un établissement non reconnu ou ayant déjà passé le Bac à plusieurs reprises. Dans le processus de repêchage, le jury n’est pas tenu de prendre en compte le livret des candidats individuels, comme il le fait avec les candidats officiels, a expliqué Moussa Sène, membre de l’APE. Il relève que le repêchage entre en jeu aussi bien pour la moyenne que pour les mentions. Pour Libasse Barre, l’inscription en candidature individuelle agit sur le moral des élèves et peut par conséquent les « démobiliser » et les « décourager ».  Le problème s’était posé l’année dernière dans cette école, et les parents, de commun accord avec l’école, s’étaient arrangés pour que les candidats aillent passer le Baccalauréat comme candidats officiels à l’institution « Lucie Leclerc » de Dakar. Mais en début d’année, les parents s’étaient vu assurer que « le problème appartenait au passé », car l’école avait obtenu l’arrêté d’autorisation. M. Barre a reconnu « la légèreté » dont les parents d’élèves ont fait preuve en ne demandant pas à disposer d’une copie de l’arrêté d’autorisation y compris pour la terminale, avant d’inscrire leurs enfants. Il justifie le fait qu’ils aient « cru sur parole » le directeur des études par « la confiance » qu’ils avaient en lui. M. Barre déplore le manque d’interlocuteur, puisque « la propriétaire de l’école ne répond pas à nos appels ni à nos courriers déposés au secrétariat ».  Le directeur des études a démissionné depuis deux mois et n’a pas été remplacé, a-t-il poursuivi, ajoutant que les 10 classes que compte l’établissement sont désormais gérées par un surveillant général et un comptable. Plusieurs tentatives du correspondant de l’APS d’entrer en contact avec le responsable de l’école sont restées sans suite. Les parents d’élèves disent avoir rencontré l’inspecteur d’académie mardi et envisagent d’adresser une correspondance à la gouvernance. Ils comptent ’’aller jusqu’au bout’’, a dit M. Barre, prévoyant de rencontrer les plus hautes autorités de l’éducation pour que cette situation ne soit pas préjudiciable à leurs enfants à l’issue des examens.

APS


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*