737 vues

TEUSS TEUSS DU 05 OCTOBRE 2019 CHEZ LE CHARMEUR DE SERPENTS



https://youtu.be/FfmyDAND7b4

Au quartier Cité Senghor, de la banlieue  thiesssoise, à un jet de pierre du poste- transformateur électrique, une maison à l’allure austère, attire l’attention. Ici,  les serpents parmi les venimeux vadrouillent, rampent a qui mieux –mieux  dans la concession. Ils deviennent, par la force des choses, des jouets  inoffensifs, aux mains des enfants.  C’est le sanctuaire des Ndiaye  connus pour leur maîtrise  mystique des reptiles et leurs connaissances mystiques pour traquer et guérir les personnes victimes de morsure…

Notre reporter Papis Seydi, s’est frotté à ces reptiles dangereux, avant de tendre le micro aux guérisseurs. Ces derniers, jouissant d’une grande notoriété à Thiès et dans la contrée. :   Moustapha, l’aîné de la famille et maître de maison, est plus connu sous le sobriquet de «  Baye Diane ».Son jeune frère Fallou et lui, des années durant, font courir du monde, autour de cette funeste activité.    

 Neutraliser et les effets neurotoxiques du venin…

 Ndiaye explique la renommée  et le’héritage  de la famille, entretenu des générations durant. Pendant ce temps sa petite fille entre assise entre ses genoux, étreint la queue du cobra qui s’entortille. «Habitude, ce serpent est très agressif, à la moindre alerte d’un danger imminent,  il se dresse comme un ressort, prêt à mordre ou à cracher son venin. Cette projection à la vitesse  fulgurante, qui peut, faute de soins, rendre aveugle. » Avertit le charmeur .Les Ndiaye maîtriseraient donc, la science des serpents ou plutôt, celle d’incantations  et d’onguents,  «pour neutraliser et les effets neurotoxiques du venin ». Le charmeur présente le cobra parmi les reptiles les plus venimeux qui, selon lui, le venin agit très vite en fonction de la température ambiante ou du flux sanguin de la victime  et la   « mort peut s’en suivre  dans les heures suivent. ».

Amulettes et cornes truffées  anti-serpent.

Cependant, énumère Moustapha, le charmeur en chef, il existerait 111 reptiles dont une soixantaine qui ne serait pas venimeux ou mortels. Fallou, le  jeune frère,un énorme  python enroulé au cou. Il est  passé depuis,  maître  dans l’art .Il applique les mêmes procédures médicinales, pour soulager les victimes soit en les soignant soit,  en leur proposant des amulettes ou des cornes truffées de poudre mystique, pour éloigner les reptiles des concessions ou se prémunir de leur morsure. Cependant, les Ndiaye ont plus d’un tour dans leur besace dans le traitement des maladies dégénératives : L’arthrose, l’arthrite et d’autres maladies articulaires sont  aussi des spécialistes de la  maison. (vidéo)


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*