terreur a mbour 4 thies des agre - Terreur à Mbour 4 Thies:  Des agresseurs sèment la panique chez les riverains
Home A la une à Thiès Terreur à Mbour 4 Thies: Des agresseurs sèment la panique chez les riverains
A la une à Thiès - 19 mars 2020

Terreur à Mbour 4 Thies: Des agresseurs sèment la panique chez les riverains

Terreur à Mbour 4 Thies Des agresseurs sèment la panique dans le quartier

Les agresseurs de Thiès insensibles à l’avertissement divin : le Covid-19

Si le coronavirus à pu avoir raison des bars, concerts, matchs de foot, toutes ces activités festives pour la plupart interdites par la religion, les agresseurs semblent à Thiès insensibles à l’avertissement divin.

Au quartier MBour 4, les habitants sont terrorisés par une bande de malfrats auteurs de forfaits récurrents et dangereux.

Ils viennent d’être, pour la 3ème fois, victimes d’assaillants armés de coupecoupes : « Des moutons emportés, un camion d’essence vidé, et maintenant, c’est dans les maisons qu’ils trouvent les habitants pour les dépouiller de leurs maigres ressources. »

Un jeune homme blessé par 3 coups de coupecoupesSelon les témoignages recueillis au prés des victimes, notamment une vieille dame et sa famille «  Vêtus de noir et masqués, ils nous ont menacés avec les armes blanches et réclamé  de l’argent que nous n’avons pas. Nous sommes pauvres.»

Pour Youssouf Samoura, « c’est le camion, le poulailler et la boutique qui les attirent, mais nous n’en sommes pas propriétaires. »

Renforcé en cela par Mariama Diop,  Dieynaba et Gallo, ils déplorent surtout  les 3 coups de coupecoupes reçus par l’un d’eux et réclament plus de sécurité.

L’insécurité naît de l’obscurité, de la proximité avec la forêt classée et le champ de tirs

En effet, ils sont défavorisés par l’absence d’éclairage et  leur position géographique : la proximité avec la forêt classée et le champ de tirs.

Puisque, disent-ils, « la police reste sans réaction malgré une plainte déposée », ils demandent aux autorités administratives et communales  « un  poste de police, ou à défaut des permis de port d’armes à l’association des jeunes qui s’activent dans leur protection. »

Pour ces populations en  colère, « si les agressions se font même à 19h 30 ou comme cette fois-ci, à 5h du matin, c’est que les bandits  sont presque certains de leur impunité. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Don de Sang : En collaboration avec Thiès Solidarité, les Etudiants de L’université renflouent la banque de Sang

En collaboration avec Thiès Solidarité, les Etudiants de L’universit&e…