talla sylla fkt
Home A la une à Thiès TENTATIVE DE SABOTAGE DU FESTIVAL «KAAY THIES» Qui en veut à Talla Sylla ???
A la une à Thiès - Thies à la une - 2 janvier 2020

TENTATIVE DE SABOTAGE DU FESTIVAL «KAAY THIES» Qui en veut à Talla Sylla ???

Qui sont ces étranglés, des politiciens et des mécènes tapis dans l’ombre, qui cherchent à «démolir» un Festival qui est occasion d’expression pour certains  artistes, de se faire découvrir pour d’autres ? «Kaay Thiès», une initiative, depuis 2017, du Maire de la Ville de Thiès, dans le cadre de l’animation de la ville aux-deux-gares. Une vitrine culturelle pour rendre la cité du Rail attractive à chaque fin d’année.

Pourquoi en vouloir au du Maire Talla Sylla ? Pourquoi une certaine catégorie de «dinosaures», tels ces dégénérés de politiciens encagoulés qui manipulent certains artistes égarés . Pourquoi se refuseraient-ils d’admettre que «La culture n’est l’apanage de personne» ? Pourquoi une telle mesquinerie ? Au point de considérer, en effet, que la culture à Thiès est «Notre propriété à Nous».

Se devraient-ils, ces tortueux, de se rendre compte qu’avant eux, avant leur avènement sur les scènes musicales, théâtrales etc., d’autres, non moins talentueux, étaient bien là. Ces mauvais perdants, incapables d’organiser leur propre Festival, feraient-ils mieux de réécouter la chanson de Thione Seck : « xam na dina massa xewi djié », et surtout la suite « Amon na fiy temps » (Je sais que je ne serai pas éternellement en vogue) etc.?

Qu’ils soient certains d’une chose : « Ils peuvent plaire encore, et ils plaisent toujours, mais il y a juste que dans les lois de la nature, il y a le renouvellement des goûts, et les jeunes ont besoin que des artistes de leur âge assurent leurs spectacles. C’est une affaire de générations, et le Maire Talla Sylla l’a bien compris ». Waly 2, Sidy Ka, Dame Sène, entre autres artistes, ne sont-ils pas bien de ceux-là qui sont en vogue aujourd’hui ?

Devrait-on reprocher au Maire Talla Sylla, son courage d’assumer ses idées, de chercher des partenaires et des moyens autres que ceux de la Mairie pour réaliser ses projets ? Et c’est d’ailleurs seulement dans ce cadre qu’il faut comprendre l’intégration de la 8e édition de «La Nuit de l’Internet», qui a déjà fait ses preuves, au  Festival «Kaay Thiès». Une excellente idée en soi, car le succès fut total !

En tout état de cause, il serait intéressant que nos «ratés» sachent que Talla n’a jamais fait partie de ces autorités Thiessoises (Ministres, Députés, Directeurs Généraux, PCA de sociétés nationales) qui ont préféré délaisser à tort leurs artistes, qui n’ont jamais daigné mettre la main à la poche. Au contraire !!! Lorsque l’on consulte les réseaux sociaux, les universités et la diaspora, il est fort aisé de constater à quel point une telle initiative vise à favoriser la rencontre des différentes sensibilités du monde de la culture.

Œuvre de la «Voie du peuple sénégalais, la Voie par où le Sénégal doit passer pour aspirer au développement, être un pays très fort sur le plan social, économique, culturel ». Celui-là même qui se bat pour qu’« on redonne le pouvoir au peuple », le « Talla Sylla de 88, du régime du Parti socialiste, du régime de Wade, ce Talla Sylla qui avait démissionné de son poste de vice-président de l’Assemblée nationale », qui veut qu’on « restitue le pouvoir au peuple, la République aux citoyens », qu’on « remette la citoyenneté au cœur de la République », est-il capable d’avilissement ? Un Serviteur du Peuple, qui est de cette race de politiciens complètement en fusion avec son peuple. Un missionnaire au service de sa patrie, prêt à tous les sacrifices, à toutes les privations pour incarner les valeurs et porter en bandoulière les peines de ses concitoyens. Qui a porté le lourd bouclier pour défendre son peuple, a été avec génie au cœur des grandes initiatives qui ont contribué aux transformations politiques au Sénégal. Un patriote au mental de fer, qui a toujours défié le pouvoir pour rendre justice à cette masse laborieuse laissée en rade. « Encombrant, il le sera toujours pour ceux qui, quelque puisse être le bord, bafouent les intérêts du peuple », comme disait l’autre. L’homme qui, depuis l’âge de quatorze ans, a toujours tourné le dos à ses intérêts personnels au profit de ceux du peuple, n’a cessé de revendiquer la légalité, l’objectivité, bref, la démocratie. Tentez d’en savoir un peu plus du coté de la Génération 88 !!! Ou d’El Hadji Idrissa Ndiaye «Chaka Zoulou», leader du Mouvement des élèves de 88 ? Du Mouvement «Jeunesse Pour l’alternance» (JPA) de 1992 ? De la Génération 98 de « L’Alliance Pour le Progrès et la Justice/JËF-JËL », l’incarnation du refus de toutes formes d’exactions contre le peuple sénégalais. Et pourquoi pas de la coalition JËF-JËL/USD, avec l’Union pour le Renouveau Démocratique de l’illustre Djibo Leyti KA, qui remportera 11 sièges de députés à l’Assemblée Nationale ?

Celui qui, ce 13 octobre 1998, fut arrêté pour «offense au Chef de l’Etat, diffusion de fausses nouvelles et appel à un mouvement insurrectionnel», puis condamné à  six mois de prison, décide, ce 26 mars 2000, de ne pas participer au nouveau Gouvernement sous Wade et adopte la posture de «Sentinelle de l’Alternance».

A quoi bon combattre ce patriote qui a osé poser des actes de haute portée politique comme le rejet de la constitution lors du referendum du 22 janvier 2001 alors que la plupart des formations politiques étaient favorables au «OUI». Qui, élu député lors des élections législatives d’avril 2001, a démissionné en 2002 alors qu’il occupait la fonction de vice-président de l’Assemblée nationale. Le jeune et fougueux leader, face à sa farouche opposition au régime libéral, échappe à la mort dans la soirée du 5 au 6 octobre 2003. Le leader du Mouvement «Wallu Sénégal» (17 février 2008), «Wallu Askanu Sénégal), initiateur en 2008 de la coalition de l’opposition Benno Siggil Senegaal qui a remporté les élections de 2009 dans les plus grandes villes du Sénégal, qui a prôné la convergence au sein du Front Siggil Sénégal, a émis, avec l’Alliance JËF-JËL, la première idée relative à la tenue des assises nationales, lancées le 1 juin 2008, s’est démarqué de la majorité présidentielle issue de l’election de 2012, après avoir porté (avec le professeur Ibrahima FALL de TaxawTemm dont il devient le directeur de campagne) Macky SALL au pouvoir, quitte définitivement la Direction de l’Alliance Jëf-Jël, le 13 Decembre 2012, pour permettre l’alternance au sein du parti, s’envole pour les Etats Unis, avant d’etre élu Maire de la Ville de Thiès le 24 juillet 2014 suite à la victoire de la coalition «And Defar Thiès», une alliance avec Rewmi, le PDS et quatorze autres formations politiques et citoyennes. Il innove avec les audiences publiques et l’ambitieux plan de développement de la ville qui veut propulser Thiès sur les rails de la modernité. Entres autres activités, Talla SYLLA a inscrit dans l’agenda de la Ville de Thiès, les Journées médicales de Thiès, le Festival Kaay Thiès et la Foire internationale de Thiès. Le 6 juin 2016 Talla SYLLA lance le mouvement  FAL ASKAN WI, pour pratiquer « la politique autrement », au service exclusif du peuple, cette masse silencieuse et laborieuse.

Le Président d’Honneur de l’Alliance Jëf-Jël aime revenir souvent sur les enseignements du Prophète de l’Islam (Psl) qui disait que : «S’il vous arrive de souffrir, sachez que ceux qui ont eu le malheur de confisquer le pouvoir souffrent beaucoup plus que vous. Et vous avez un avantage sur eux, c’est que votre conscience est aussi limpide que celle d’un martyr». C’est ça, dit-il, qui « fonde ma sérénité ». Et au-delà de tout, rappelle-t-il, Dieu le Tout-Puissant a dit que : «Vous pouvez tendre des pièges, monter des combines, mais un beau jour j’opère un renversement de situation». Fort du legs de Majemout DIOP et profondément imprégné de la philosophie de Serigne TOUBA, le serviteur du peuple, un inconditionnel de Cheikh Ablaye YAKHINE, puisse à satiété dans la source limpide de Cheikh Ahmed Tidjane SY Al MAKHTOUM, parfumée par le nectar de Serigne Alioune GUEYE.

L’homme aura été sur tous les terrains, de tous les combats au service du Sénégal et des Sénégalais. En luttant contre le Parti-Etat et à le disloquer, contre l’Homme-Etat et à le terrasser, contre le Système-Etat. Simplement pour retrouver l’essence premier d’un engagement en faveur de son pays, de son peuple, pour une éducation et une santé de qualité, pour des conditions de vie dignes et une vie sociale pacifique, pour un Sénégal souverain et respecté, pour un sénégalais prospère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Incroyable mais vrai! quelqu’un construit sa maison devant le stade Maniang Soumaré?

Suspicion de Spoliation foncière et Occupation anarchique: Mais, qui construit sa m…