Syrie : Joe Biden annonce la mort du chef du groupe État islamique, après une opération militaire

International

Joe Biden a annoncé que le dirigeant du groupe État islamique Abu Ibrahim al-Hashimi al-Qurayshi avait été « éliminé », lors de l’intervention de forces américaines. L’opération a fait 13 morts, dont des femmes et des enfants, selon un premier bilan de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme.

L’armée américaine a « éliminé du champ du bataille » le dirigeant du groupe État islamique (EI) Abu Ibrahim al-Hashimi al-Qurayshi.

Le président Joe Biden a annoncé qu’il était mort lors d’une opération conduite dans le nord de la Syrie dans la nuit de mercredi à jeudi 3 février. Un haut responsable américain a ajouté auprès de l’AFP que le dirigeant était mort en faisant exploser une bombe qu’il portait sur lui.  Le président devrait s’adresser au peuple américain plus tard dans la matinée.

« Au début de l’opération, la cible terroriste a fait exploser une bombe qui l’a tué ainsi que sa propre famille, y compris des femmes et des enfants », a déclaré le haut responsable, faisant savoir que l’évaluation du bilan précis de l’opération était encore en cours. L’émir Mohamad Saïd Abdel Rahman Al Mawla, surnommé « Le Professeur » ou « Le Destructeur », a notamment présidé au massacre de la minorité  kurdophone des Yazidis. C’est un djihadiste aux multiples alias présenté par le groupe djihadiste comme « l’émir » Abou Ibrahim al-Hashimi al-Qurayshi.

Le Pentagone a déclaré que « la mission était un succès » et qu’il n’y avait pas eu de victimes américaines. L’opération a été menée contre un bâtiment à Atme, dans la province d’Idleb, contrôlée en grande partie par les djihadistes et les rebelles. Le rival d’Al-Qaïda, l’EI, a été chassé de ses bastions en Syrie et en Irak, mais continue de mener des attaques dans les deux pays voisins à partir de cellules dormantes.

Laisser un commentaire