sit in des musiciens de thies - Sit in des Musiciens de Thiès
Home Thies actualites senegal Sit in des Musiciens de Thiès
Thies actualites senegal - 23 décembre 2020

Sit in des Musiciens de Thiès

Sit in des Musiciens de Thiès

A l’instar de leurs pairs artistes, les acteurs culturels de la cité du rail, représentés par leurs présidents  ont aussi  fait leur setting, scandé  le maître- mot «  Yamalé »  ou  l’égalité. Ils ont dénoncé  à leur manière, la mesure gouvernementale des  deux poids- deux mesures,  qui leur sont appliqués…

Babacar Ly Dios, artiste-plasticien, président de sa corporation  est formel sur l’arrêté ministériel portant  leur t interdiction d’exercer,  pour cause de covid-19. Il dit « ne pas comprendre qu’on leur interdise de travailler, pendant que  d’autres, continuent,  de vivre de leur art. » Ce qui, à leurs yeux, semble injuste. C’est pourquoi, disent-ils, ont pris la décision « d’attirer l’attention des autorités à généraliser de telles restrictions. »Et, le président des plasticiens, d’expliquer que derrière l’exercice de la musique, cette interdiction impacte négativement   « sur la  chaîne de valeurs, impliquant,  outre les prestations, d’autres rentrées d’argent  locatives de salles de spectacles, du secteur du transport. Bref, il exalte l’apport de la Culture sur le plan économique Pour le président Ly,  de marteler ses vérités : «  Il faut que le gouvernement  soit conscient du fait que « Cette mesure d’interdiction, gâche plus ne profite à l’économie »

« L’Etat doit se ressaisir. » Contenant à peine son humeur, le Président Directeur Général de SAM’ S, promoteur de spectacles, dénonce  avec la dernière énergie, la mesure d’interdiction qui l’en croire,  les empêche de vivre de leurs activités. Il prône le «  Yamalé ou l’égalité pour tous et  demande à « l’Etat de se ressaisir et de revoir ses décisions. »

Quant au président des techniciens événementiels , orfèvres du son, il embouche la même trompette et rappelle l’importance de leur art,  dans l’organisation événementielle et  ‘a pas manqué déplorer les agissements de la police, « qui saisissent  le matériel  des techniciens, en cas d’intervention. »
Enfin, les acteurs culturels pointent un doigt accusateurs sur les potentiels vecteurs du virus que sont  entre autres : les marches, les établissements, les lieux  de cultes etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Culture: Les révélations de KAW sur les Comédiens de Ganou Thiès

Entre Manoumbé et Niankou Les révélations de KAW sur les Coméd…