927 vues

SIRÉ DIA MANQUE AUX THIESSOIS



sire dia

A quand le retour du «Sage Bienfaiteur»

La nomination de l’homme politique El Hadj Pape Ciré Dia à la tête de la présidence du conseil d’administration de la Lonase, quoique perçue dans la cité du rail sous un angle positif, a occasionné de «graves blessures» au sein de la population cayorienne. Le fait pour l’ex-Directeur Général du Groupe La Poste, celui-là qui portait en bandoulière les préoccupations des Thiessois, d’avoir presque déserté le terrain au point de créer un grand vide autour du quotidien de milliers de familles du Rail, du fait, certes, de sa nouvelle posture étatique, semble synonyme d’une plaie douloureuse, enflammée, difficilement cicatrisable. A quand le retour du «Bienfaiteur de Thiès» qui se fait magnifiquement désirer, convoiter.

D’une voix étouffée par des sanglots, Yaye Daro, une vieille vendeuse de cacahuètes dénichée dans un recoin du quartier Sam Pathé, d’une famille démunie, se dit aujourd’hui profondément démoralisée par le presque retrait de la scène politique Thiessoise de celui que la ville aux-deux-gares appelle affectueusement le «Sage». Parce que le «Bienfaiteur numéro un de Thiès», une « personne très utile pour la cité, sensible aux préoccupations de la jeunesse à qui il offert des emplois », qui a « suffisamment donné la preuve de son amour pour sa ville et de son engagement, sa loyauté et sa fidélité au Président Macky Sall », qui, surtout, a « ouvert sa porte à tous et tendu la main à tous », celui-là même qui faisait sécher les larmes, apaisait les souffrances, nourrissait les affamés, soignait les malades, achetait les ordonnances, entretenait les mosquées, donnait des emplois aux jeunes, des financements aux femmes etc., semble aujourd’hui ne plus avoir les moyens de sa générosité à la présidence du Conseil d’administration de la Lonase.

Aujourd’hui, la tristesse est grande dans la capitale du Rail où la majorité des citoyens n’ont pas de mots assez forts pour sublimer l’Homme qui, avec autant de bienfaits et d’actes de générosité, dans la plus totale discrétion, assurait à beaucoup de familles démunies des conditions décentes leur permettant de vivre dans l’aisance. Que de profondes angoisses donc qui se manifestent dans les maisons, les lieux de culte, au sein de toutes le couches qui bénéficiant des « actes positifs » que l’ex-Directeur général de La Poste posait régulièrement à travers les financements des mosquées et leur équipement, les financements octroyés aux associations religieuses et aux groupements des femmes évoluant dans les associations Villageoises d’épargne et de Crédit (AVEC), l’emploi des jeunes, le dépistage gratuit du cancer de col de l’utérus, l’accompagnement de la jeunesse à travers des subventions offertes à l’Organisme régional de Coordination des activités de Vacances (ORCAV) et l’Organisme Départemental de Coordination des activités de Vacances (ODCAV), entre autres.

Se doit-on d’admettre que l’absence du «Sage» a inéluctablement laissé un grand vide à la cité du Rail, faisant subitement de la ville, orpheline. Et la chose politique d’en souffrir abominablement ! Le «Sage», depuis sept ans, grâce à sa posture institutionnelle, n’a-t-il pas confirmé un leadership incontestable dans cette ville. N’a-t-il pas dirigé aux législatives une liste qui a remporté le département de Thiès. Aussi il a beaucoup gêné Idrissa Seck dans son évolution dans l’espace de la commune ». Selon nombre de hauts cadres de la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY) à Thiès, « les conséquences politiques qui peuvent découler du retrait de l’ex Directeur Général de La Poste peuvent êtres fatales pour les locales à venir ».


Dans les quartiers de la ville aux-deux-gares les populations continuent de saluer « l’excellent travail » abattu par le « sage » qui, en tant que tête de liste départementale lors des derniers élections législatives, est sorti victorieux avec un score jamais égalé dans le département face au ‘’tout-puissant’’ leader de Rewmi, Idrissa Seck. Des responsables à la base de la coalition présidentielle reconnaissent qu’« il a réussi à aller dans le Thiès des profondeurs, pour être au contact des populations et leur tenir un discours franc et sincère, ce qui est sa ‘’marque de fabrique’’ ».

Force est de rappeler qu’en 2012, l’APR n’avait que 6 % à Thiès, mais maintenant le camp présidentiel frôle les 50 %. Pour qui connait l’emprise qu’Idrissa Seck, l’adversaire le plus sérieux du président Macky Sall, à Thiès, aller à une élection présidentielle et la perdre avec un écart de 20.000 voix équivaut presque à un miracle. Oui un «Miracle» face à un Idrissa Seck qui était dans son fief et a été porté à la présidentielle du 24 février dernier par une puissante coalition constituée de grandes formations dirigées par des candidats déclarés à la présidentielle dont les Thiessois Cheikh Hadjibou Soumaré et Thierno Alassane Sall qui avaient déjà fait un important travail préalable de mobilisation dans leurs fiefs, mais aussi Pape Diop, Malick Gakou et Bougane Gueye Dany qui avaient fait une grande percée à Thiès, sans compter les Khalifistes et de nombreuses autres parties prenantes. En plus de l’incursion d’Ousmane Sonko dans l’espace politique Thiessois ».


«De tous les politiciens que Thiès a connus de 1980 à nos jours, Siré Dia est le meilleur sous tous les rapports !»
Ce qui impressionne le plus chez l’homme, c’est le «respect de la parole donnée», quelque chose qui est très rare sous nos cieux en politique. Comme beaucoup, il met en exergue la « générosité » du point de vue social, mise beaucoup sur la «dignité humaine». « Si ‘’vivre’’ c’est ‘’être utile’’, alors on peut affirmer sans risque de se tromper que l’homme politique Pape Siré Dia est en train de ‘’vivre’’. Parmi l’ensemble des politiciens que Thiès a connus, de 1980 à nos jours, le nouveau Président du Conseil d’administration de la Lonase est le meilleur sous tous les rapports ».

Ce sentiment du responsable régional du PIT (Parti de l’Indépendance et du Travail) à Thiès, M. Amath Camara, ex-directeur de cabinet du ministre du Travail, exprimé devant un parterre de leaders de la coalition Benno Bokk yakaar (Bby), lors d’une cérémonie de « Sargal » en l’honneur de « Boroom Thiès », l’ex-Directeur général de La Poste, en dit long sur la « posture de leader naturel » qu’incarne le « Sage » dans la ville aux-deux-gares. Une très belle fête marquée par une forte mobilisation des fils de la capitale du rail, de l’amicale des femmes de La Poste de Dakar, entre autres forces vives de la Nation sensibles aux « faits » et « gestes » de « l’homme de toutes les situations », le « capitaine de l’Apr à Thiès », le « sauveur », le « sapeur-pompier », « Boroom Thiès ». Une occasion que ne pouvait rater le maire de la ville, Talla Sylla, qui a dit un « grand merci » à « mon frère et camarade Pape Ciré Dia, qui porte en bandoulière les préoccupations des populations » à travers des « actes éminemment positifs » dans le domaine du social.

Le 1er magistrat de la capitale du rail, qui rappelle « n’être pas dans un ‘’jeu’’ » dans le cadre de son compagnonnage avec le président Macky Sall, dit épouser fièrement le « combat de Ciré Dia pour le bien-être des Sénégalais ». Devant ce public enthousiaste, Amath Camar a magnifié la « disponibilité de Siré Dia, son ouverture d’esprit, son sens sublime, presque surhumain, du social, sa piété, la considération qu’il a du quotidien des Sénégalais et surtout des Thiessoises et des Thiessois », mais surtout son « patriotisme ». Selon le « régional » du Pit, « il faut aimer son pays, aimer sa ville, aimer son quartier, aimer sa famille, pour pouvoir se déployer comme l’ex-Directeur général de La Poste sur le terrain social, avec courage, abnégation, détermination et sans discrimination négative ».

Selon Amath Camara « Pape Siré Dia a apporté plus sur le plan économique, social, culturel, religieux, sportif, éducatif, etc., à la ville de Thiès, en tant que politicien doté d’un mandat, que tous les autres réunis ». Et de souligner : « il y a eu des responsables politiques de la ville qui ont eu des mandats, qui ont été suffisamment dotés de moyens et qui ne sont pas arrivés à la hauteur de Siré Dia, qui n’ont pas fait grand chose dans le passé et dans le présent, et certainement il y en aura dans le futur ». Il reconnait que « le Président du Conseil d’administration de Lonase n’a pas d’égal dans le périmètre communal de Thiès ».


Cheikh CAMARA


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*