Gouye Diama - Retour sur le lieu du drame à Notto Gouye Diama , Maguèye Ndiaye , maire de la commune apporte son témoignage
Home A la une à Thiès Retour sur le lieu du drame à Notto Gouye Diama , Maguèye Ndiaye , maire de la commune apporte son témoignage
A la une à Thiès - 27 mai 2020

Retour sur le lieu du drame à Notto Gouye Diama , Maguèye Ndiaye , maire de la commune apporte son témoignage

 Depuis le parricide intervenu à Kerr Diop, localité de la commune de Notto Gouye Diama, le triste événement qui continue d’entretenir les palabres dans la contrée, fait encore délier les langues. Immersion dans l’atmosphère de ce  crime sordide où des témoins de premier plan, encore sous le choc, témoignent …

Dans la maison mortuaire, la cour ne désemplit pas. Parents et proches, ployant sous la douleur et la surprise  viennent présenter leurs condoléances et apporter leur soutien affectif à la famille affligée. A côté , le salon lieu de la tragédie n’est qu’un amas de meubles et d’ornement calcinés. Seuls quelques vestiges sauvés in extremis,  trônent encore.

Trouvé dans le salon, le maire de commune Maguèye Ndiaye, proche parent de Cheikh Diop la victime, et son fils Fallou protagonistes au conflit, raconte un épisode de la tragédie : « Après avoir été informé de ce qui est arrivé, je devais venir sans délai, m’enquérir de la situation et leur apporter assistance, car il est de mon devoir, en tant que maire. Nous étions venus avec l’ambulance mais, il était dans un état critique. » D’après l’autorité communale, la victime était étendue  nue dans la cour et recouverte de sable pour sa nudité. Ses vêtements étaient totalement brûlés. »Cheikh Diop, brûlé » au troisième degré avait été acheminé  au poste de santé avant d’être transféré à l’hôpital saint Jean de Dieu, après le constat de la gendarmerie. »Toutefois, souligne le maire, la famille  dit être prête « à remettre le jeune Fallou Diop à la  loi, pour que  justice soit faite. » Maguèye Ndiaye se dit atterré par le drame qu’il met sur le compte d’une malencontreuse affaire de famille, tout en demandant aux uns et aux autres « de se remettre à la volonté divine. 

Un témoin, se disant le neveu le plus âgé de la victime, oriente son témoignage sur ses relations avec son défunt oncle, dont il dit être très proche : « Contrairement à ce qui se dit sur les réseaux sociaux, il ne s’agit pas d’un règlement de compte. On ne peut pas toujours savoir ce qui peut se passer dans la vie d’un couple » A l’en croire, le couple ne se disputait jamais en public. Cheikh et sa femme n’étalaient jamais leurs différents. Mais quelque soit le différent qui aurait pu être le mobile, son fils Fallou ne devait pas s’y mêler »Certains disent qu’il avait  remis une somme de 4 millions pour son mariage et que, selon des rumeurs, son père n’aurait pas agi dans ce sens, d’ où son geste désespéré. » Cette histoire n’est pas vraie car son père détient certes de l’argent, mais provenant de la vente de son champ. D’ailleurs, c’est son marabout qui lui  donné femme et financé tous les frais pour la dot et l’organisation de la cérémonie ». Poursuit notre interlocuteur. « Comment  Fallou qui vient d’arriver depuis deux mois peut-il amasser une telle somme  pour son mariage ? » Poursuit l’homme en hochant la tête de désapprobation…

Un témoin de la scène n’en revient pas…

Quant au sexagénaire  Elhadji Diop, lui aussi, un proche parent ayant  assisté à la terrible scène, n’en revient pas de ses émotions : « Cheikh Diop était mon frère germain et je peux affirmer que l’agression a eu lieu vers les coups de 23 heures. Ni son père, ni moi ne n’avions vu Fallou, entrer dans le salon avec un récipient d’essence, camouflé sous son aisselle. Arrivé à ma hauteur et par deux fois, il m’avait enjoint de me lever et sortit de la pièce. Mais je restais sourd à ses interpellations. En ce moment que son père excédé par le comportement irrespectueux de son fils, le somma d’arrêter de me harceler , tout en lui rappelant que j’étais son père et qu’il me devait du respect, après tout. » En ce moment précis, Fallou avec la vitesse de l’éclair, déversa l’essence  sur son père qui, à un battement de cil, flamba comme une torche. Le vieil homme expliqua qu’il l’a échappé bel car il pouvait lui aussi en mourir  dans ce salon devenu un véritable brasier… »

Saïba Diop, tante de la victime était sur les lieux, ce jour et raconte : « Ce jour là, Cheikh, la victime qui devait clore les festivités marquant la venue de sa nouvelle femme, nous avait  convié  au repas de noce. Après avoir mangé et bu du thé, nous  nous étions  installés dans une chambre, quand, soudain, on entendit un bruit assourdissant sur le perron de la véranda, quelque chose qui ressemblait à une masse qui tombait. Prises de peur, nous avions soulevé le rideau de la chambre pour voir ce que c’était. Grande fut notre stupeur et paralysées par le spectacle qui s’offrait à nos yeux, nous voyions  Cheikh, brûler comme une  torche… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Acte contre nature: Deux homosexuels surpris en pleins ébats sexuels dans une mosquée

Deux homosexuels, S. S. (29 ans) et S. D., ont été surpris, en pleins &eacut…