campus-thies
Home A la une à Thiès Rentrée universitaire du 1er septembre : de la controverse et beaucoup de réserves.
A la une à Thiès - 18 août 2020

Rentrée universitaire du 1er septembre : de la controverse et beaucoup de réserves.

Le SAES déplore le manque de concertation de la tutelle

Les principaux concernés sont connus : le ministère, les professeurs et les étudiants. Cependant, s’ils adhèrent presque tous au retour dans les amphis à la date du 1er septembre, chaque entité semble avoir des préoccupations propres.

Pour le SAES (syndicat autonome des enseignants du supérieur) par exemple, le Secrétaire Général  Malick Fall déplore le manque de concertation, et reproche à la tutelle de « n’avoir pas convoqué le conseil interministériel qui, même en temps normaux, l’était pour préparer la rentrée. »

 Il a aussi  soulevé un réel  problème lié au contexte particulier  de la Covid 19 : la pléthore d’étudiants dans tous les campus universitaires !

Comment gérer le campus social à Dakar avec  80 0000 étudiants ?

 D’après M. Fall interrogé par Sud FM, il y a au moins 10 000 étudiants par université, en dehors de Gaston Berger de Saint Louis qui en compte  environ 15 000 et l’UCAD avec  80 0000 étudiants. Ses questions sont les suivantes : Comment gérer le campus social à Dakar par exemple, si on sait que les étudiants étaient souvent à 10 par chambre, s’entassaient et se bousculaient devant les restaurants?

Comment gérer le campus pédagogique et les cours avec en plus 1400 professeurs, sans compter les personnels administratifs et subalternes, tout en respectant les mesures barrières? Une reprise graduelle ne serait-elle pas plus indiquée?

Telles sont les raisons pour les lesquelles il aurait aimé une concertation pour apporter les réponses idoines avant de reprendre. Le  SAES en tout cas se retrouve en conclave le 22 août prochain  à Thiès, et c’est avec impatience que nous attendons ce qui va en sortir.

Une  situation plutôt rassurante pour les autorités et inquiétante pour les étudiants

Pour Seydou Abdou Diop, par contre, coordonnateur des universités et instituts délégués, la situation est plutôt rassurante, car certains ont déjà terminé leur 1er semestre, d’autres ont poursuivi leurs cours en ligne, et il s’agit juste de sauver l’année pour les autres. »

Il ne se dit « ni optimiste, ni pessimiste », car « ils se sont bien préparés, mais il faut  observer le dispositif mis en place et rectifier au besoin. »

Chez les étudiants, plutôt des menaces et de la méfiance.

Selon Omar Shérif Diallo, coordinateur des étudiants de Saint Louis, c’est l’état qui est responsable des problèmes car il ne tient pas ses promesses : « nous avons besoin de respect,  pas d’aide et cela commence par la livraison des 2000 lits » ; « Nous n’hésiterons pas à   user de tous les moyens pour obtenir gain de cause. » dira t-il pour conclure ! C’est aussi le point de vue de Cheikh Ahmadou Bamba Faye, porte parole de la coordination des étudiants de l’UCAD. Pour lui,  les conditions ne sont pas réunies : « il n’y a pas assez de gels, de masques,  les chambres et salles de classes  ne sont pas désinfectées à 12 jours de la rentrée. »  

Mais ce qui complique la reprise, c’est qu’il évoque aussi d’autres conditions liées « au payement des bourses, l’accompagnement des étudiants en  master, Eco banque,  et un service médicale qui n’est pas aux normes. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Thiès: Opération d’éradication des dépôts sauvages d’ordures avec le maire Talla Sylla, la zone militaire et des partenaires

Thiès: Opération d'éradication des dépôts sauvages d'ordures avec Talla Sylla …