RDC : l’urine humaine comme engrais pour les champs

International

À Shasha, un village situé en territoire de Masisi dans le Nord-Kivu, les terres deviennent de moins à moins arables. Pour faire face à une baisse de la production, des agriculteurs achètent de l’urine humaine à des habitants et l’utilisent comme engrais.

Shasha est un village situé en territoire de Masisi, à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de la ville de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo. L’agriculture demeure dans cette région l’une des principales activités de la population locale. Mais les terres deviennent de moins à moins arables, la production est en baisse et ne suffit plus à couvrir les besoins alimentaires des locaux. Pour faire face à cette problématique, plusieurs propriétaires des champs achètent de l’urine humaine à des habitants et l’utilisent comme engrais.

« Nous commençons par placer de plates-bandes dans nos champs. Nous pulvérisons ensuite de l’urine qui, après avoir été conservée pendant un mois, a la capacité de tuer n’importe quel insecte qui pourrait attaquer la plante. Nous mettons ensuite les semences dans la terre et nous procédons à une seconde pulvérisation. C’est une méthode qui marche très bien. Grâce à elle, nos champs la production dans nos champs est repartie à la hausse« , explique l’agriculteur Paul Kanyama, l’un des initiateurs de cette solution.

msn

Tagged

Laisser un commentaire