9FBC080E 5EFB 4BDE ABB4 96A017906DF5 - Rapport de Septembre 2021 : « Les ménages dirigés par des femmes sont moins pauvres que ceux dirigés par des hommes » (ANSD)
Home ACTUALITES AU SENEGAL DU JOUR Rapport de Septembre 2021 : « Les ménages dirigés par des femmes sont moins pauvres que ceux dirigés par des hommes » (ANSD)

Rapport de Septembre 2021 : « Les ménages dirigés par des femmes sont moins pauvres que ceux dirigés par des hommes » (ANSD)

Le dernier rapport de l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie s’est intéressé à la pauvreté de façon globale et a émis des points importants sur la pauvreté déterminée par le lieu de résidence. « Enquête harmonisée sur les conditions de Vie des Ménages (EHCVM) au Sénégal », telle est la thématique autour de laquelle tourne ledit rapport.

La pauvreté est définie par le dictionnaire comme un phénomène multidimensionnel. Elle peut être examinée sous l’angle du revenu, des libertés individuelles, d’accès aux services sociaux de base, etc… Mais de toutes ces dimensions, la plus courante est celle monétaire. Pour cette dimension, une personne est pauvre si elle n’a pas le minimum de ressources nécessaires pour satisfaire ses besoins fondamentaux (se loger, se nourrir, se vêtir, etc…) 

Par ailleurs, mesurer la pauvreté passe par deux étapes, d’abord identifier les ménages ou individus pauvres et ensuite calculer les indicateurs permettant de cerner l’ampleur et la profondeur du phénomène. L’identification des pauvres nécessite elle aussi deux éléments à considérer, un indicateur de mesure du bien-être ; un seuil de pauvreté. 

Avant de présenter en détails ces différentes étapes, il convient de définir les différents concepts liés à l’analyse de la pauvreté. 

« Focus sur la pauvreté et les inégalités dans les régions » 

Des résultats de l’enquête, il apparaît des différences de niveau de pauvreté considérables entre les régions. La région de Dakar, de par ses opportunités économiques, présente le niveau de pauvreté le plus bas avec moins d’une personne sur dix soit un taux de 9,0%. Elle est suivie par la région de Thiès où le tiers de la population (34,1%) est touché par la pauvreté. 

Les autres régions pourraient être regroupées en deux groupes ou catégories. Le premier groupe concerne principalement les régions du Sud et de l’Est. Il s’agit des régions de Sédhiou (65,6%), Kédougou (61,9%), Tambacounda (61,9%), Kolda (56,6%), Ziguinchor (51,1%) et Kaffrine (53,0%) où plus de la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté. Le second groupe est composé des régions du Nord et du centre que sont Saint-Louis (40,1%), Kaolack (41,5%), Louga (43,4%), Diourbel (43,9%), Matam (47,7%) et Fatick (49,2%). 

Les inégalités portant sur l’agrégat de bien être quant à elles sont plus élevées dans les régions de Kédougou et de Dakar. En valeur, les ménages de Dakar dépensent par membre environ 2 à 2,5 fois plus que partout ailleurs dans le pays. 

L’enquête a révélé que les ménages pauvres consacrent plus de la moitié de la consommation (53,4%) aux produits alimentaires (y compris l’autoconsommation et les dons alimentaires) contre 44,1% pour les ménages non pauvres. 

Par ailleurs, les ménages dirigés par des femmes sont moins pauvres que ceux dirigés par des hommes. En effet, deux personnes sur dix (21,8%) vivant dans des ménages dirigés par une femme sont pauvres contre un peu plus de quatre sur dix (42,7%) sous l’autorité d’un homme.

Laisser un commentaire

Check Also

Ethnicisme : Gaston Mbengue lynché sur les réseaux sociaux après avoir attaqué Barthélémy Dias

Brûler toutes les familles DIAS n’a aucun effet sur la cohésion sociale…