Naufrage du joola: 20 ans aprés, les victimes de ce drame réclament justice

ACTUALITES AU SENEGAL DU JOUR Actualités nationales Société

C’est l’une des plus graves catastrophes de l’histoire de la marine civile. Le 26 septembre 2002 vers 23 heures, Le Joola, ferry battant pavillon sénégalais, coulait au large des côtes gambiennes, emportant avec lui près de 2 000 Âmes hommes, femmes et enfants, pour la plupart piégés à l’intérieur de sa coque. Il assurait la liaison entre Dakar et Ziguinchor depuis 1991.

20 ans après le naufrage, les victimes de ce drame se battent encore et réclament justice.  

1.863 morts et disparus selon un bilan officiel, plus de 2.000 selon les associations de victimes, de 12 nationalités différentes.

Un véritable cauchemar! Seules 65 personnes ont survécues , des destins brisés à jamais. Et derrière ces destins brisés se cachent tant de questions sans réponse, à commencer par les causes de l’accident, jusque ici jamais élucidées. Avarie des moteurs, mauvais temps, erreur de pilotage, surcharge ? On a entendu un peu de tout. L’enquête diligenté à l’époque pour situer les responsabilités a accablé un seul homme le commandant de bord du joola lui même disparu dans les eaux.

Une chose reste constante la surcharge car ce jour-là, le navire transportait officiellement 1.928 personnes alors que la capacité était limitée à 536 passagers.

20 ans après les familles des victimes, les pupilles de la nation, poursuivent leur combat contre l’oubli. Elles demandent le renflouement de l’épave, qui repose à une vingtaine de mètres de profondeur, avec de nombreux corps emprisonnés dans ses entrailles.

Leur grand combat, c’est aussi l’érection d’un mémorial à Ziguinchor, capitale de la Casamance d’où venait la plupart des victimes, le monument devait être prêt pour le 20ème anniversaire ce lundi, mais le chantier est loin d’être achevé, en attendant ces victimes, le cœur lourd et plein de douloureux souvenirs de ce 26 septembre 2002 où tout a basculé pour eux, courent toujours derrière dame justice pour espérer gain de cause dans cette catastrophe qui est l’une des plus grandes de l’histoire du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *