mimi touré - MIMI TOURÉ :La Dame de fer donne un contenu à sa mission
Home Dernières nouvelles de Thies MIMI TOURÉ :La Dame de fer donne un contenu à sa mission

MIMI TOURÉ :La Dame de fer donne un contenu à sa mission

Une véritable Dame de fer. Qui n’avance jamais masquée, mène les batailles de façon frontale avec de fortes convictions chevillées au corps. Comme les autres qui gaspillent abondamment de temps dans le bavardage stérile, la Présidente du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE), elle, préfère l’action à la parole.

À Thiès, ses lieutenants travaillent à redorer délicieusement son admirable image. Le Pr islamologue, Ibrahima Faye, et Malick Dieng, coordonnateur du Mouvement « Les Amis de Mini Touré », se réjouissent beaucoup du fait que l’ancien Premier Ministre peut se targuer d’un vécu politique de plus de 25 ans qui l’a fait cheminer de la gauche trotskyste au libéralisme mâtiné de socialisme de l’Alliance Pour la République (APR), un parti dont elle est le numéro deux de fait. Honorable trajectoire d’une militante expérimentée mais aussi collaboratrice fidèle et loyale de son Excellence le Président de la République, Monsieur Macky Sall. Derrière l’apparence gracile et le sourire avenant, cache un caractère trempé. Une Dame de fer qui, dans le passé, s »est illustrée au sein du Mouvement pour le Socialisme et l’Unité (MSU) du défunt « Premier Mawdo » Mamadou Dia. Elle se distinguait par son engagement politique. Avec son allure de garçon manqué, elle savait se faire respecter dans l’univers maso que constituait l’opposition d’alors, plus particulièrement sa frange extrémiste.

Après des années de clandestinité, le grand public la découvrit alors qu’elle était Directrice de Campagne de Landing Savané alors candidat « sans illusions » de la présidentielle de l’année 1993. Celle que l’on surnommait affectueusement « Mimi » joua admirablement son rôle par la force de ses idées. A l’école des esprits libres, elle s’était construit une identité dans le cercle des étudiants en France, pendant que ses camarades de Dakar menaient des batailles idéologiques épiques. C’était à une époque où la religion n’avait pas encore pénétré le campus universitaire avec un certain dogmatisme qui y fait aujourd’hui autorité. Pour s’imposer, elle a dû se battre face à des hommes tout en revendiquant son féminisme. Quelques années après, plus rien… Appelée à servir l’Afrique dans des organisations onusiennes, elle participait de loin à la vie politique du pays. Elle rentre en 2010 et s’engage auprès de Macky Sall alors forcé à démissionner de l’Assemblée nationale. Directrice de campagne du candidat Macky Sall à la présidentielle de 2012, Mimi Touré joue sa belle partition avec efficacité et rigueur sans jamais faire de l’ombre à son candidat finalement élu 4ème président de la République du Sénégal. A la formation du Premier Gouvernement de Macky Sall, elle hérite du Département de la Justice. Les Sénégalais la découvrent forte, confiante et expérimentée, et l’apprécient dans son rôle à travers la traque des biens supposés mal acquis. Ministre de la Justice de 2012 à 2013, elle fut en effet intransigeante dans son combat visant à faire rendre gorge aux prédateurs. On la surnomme alors la « Dame de fer ». Un surnom dont elle ne veut pas. Elle se veut plutôt une femme de devoir qui fait corps avec ses convictions. « Pas de sentimentalisme, ni de passe-droit quand il s’agit des deniers publics ». Telle semble être sa devise !

Au départ d’Abdoul Mbaye de la Primature, le Président Macky Sall en fait son deuxième Premier ministre en 2013. Elle embraye au quart de tour et se met aussitôt au travail. Quand ça jase, elle préfère rester dans son coin pour travailler. « Accélérer la cadence » fut son slogan et sa philosophie. Bref, Aminata Touré préférait l’action à la parole. Ce qui lui valut bien des inimitiés. Mais elle est un « roc ». Une carapace solide qui sait encaisser des coups, mais aussi en donner. On ne lui fait pas lâcher le morceau. Elle tient à la parole donnée et reste loyale jusqu’au bout. Ce qui est rare en politique.

Le Chef de l’Etat la nomme le 10 février 2015 Envoyée spéciale. D’autres, moins coriaces, auraient boudé. Elle, elle joue son rôle dans la discrétion, sans tambour ni trompettes en attendant le moment propice pour rebondir. Son expérience dans les structures onusiennes fait qu’elle est souvent sollicitée dans des foyers de tensions ou lors d’élections qu’elle supervise. Là aussi, elle joue son rôle avec efficacité tout en restant attachée à son pays. Une expérience si solide qu’elle est pressentie au poste de Vice- Secrétaire Générale de l’Onu. Mais, patriote jusqu’au bout des ongles, elle décline l’offre préférant son pays alors qu’elle pouvait être dans une position fort confortable. Pendant ce temps, d’autres menaient des batailles souterraines pour être dans ce confort. Mais tout cela montre son engagement à soutenir le Chef de l’Etat à n’importe quelle station où qu’elle puisse se trouver. L’essentiel, c’est d’être auprès du peuple qu’elle éclaire face à des pyromanes prêts à mettre le feu pour leurs intérêts bassement personnels. Mimi Touré, elle, mène un autre combat. La réussite de Macky Sall. Lors de la dernière présidentielle, elle s’est investie pour porter partout à l’intérieur du pays la vision du Président Sall. Rien n’a pu la dévier de son engagement à servir loyalement le Chef de l’Etat sans rien attendre en retour.

Nommée Présidente du Conseil économique, social et environnemental (CESE) en mai 2019, elle donne un contenu à sa mission.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Le Safar 2020 vécu autrement à Thiès

Le Safar 2020 vécu autrement à Thiès …