États-Unis
Home Actualités nationales MEURTRE AU 3EME DEGRE : La tension ne faiblit toujours pas aux Etats-Unis
Actualités nationales - 31 mai 2020

MEURTRE AU 3EME DEGRE : La tension ne faiblit toujours pas aux Etats-Unis

Aux États-Unis, dans l’État du Minnesota, la ville de Minneapolis continue de connaître un embrasement sans précédent. Ce depuis le décès tragique de George Floyd, 46 ans, mort lundi 25 Mai après sa sommation par un agent police, Derek Chauvin, mis en examen vendredi 29 Mai pour «meurtre au troisième degré » et «homicide involontaire ». L’ancien rappeur et sportif, récemment arrivé à Minneapolis en quête d’un « nouveau départ », est devenu un « tragique symbole » du combat contre le racisme et les violences policières aux Etats-Unis.

Le patron de la police de Minneapolis, Medaria Arradondo, renseigne que « les officiers de police du Minnesota, au nombre de quatre,  licenciés suite au décès de l’Afro-Américain qui a été placé en garde à vue et distingué sur vidéo en train de se faire étouffer par le cou, sont désormais des « anciens employés ». À l’officier blanc incriminé, George Floyd, gémissant, répétait ; « Je ne peux pas respirer ». La victime officiait dans un restaurant comme agent de sécurité.

Le FBI a déclaré qu’il enquêterait sur l’incident de Minneapolis est parti du signalement d’un client qui a essayé d’utiliser un faux billet de 20 dollars dans un magasin. Les limiers, après avoir circonscrit le suspect dans sa voiture, selon « une déclaration de la police », différente de la version selon laquelle « l’homme était assis sur le toit d’une voiture bleue et semblait être sous influence », ont donné au mis en cause l’ordre de s’éloigner du véhicule, mais, selon toujours la police, « il a résisté physiquement aux agents ». Les officiers ont réussi à lui mettre les menottes, mais, ajoute la source, ont noté qu’il semblait souffrir de détresse médicale ». Dans la vidéo d’une dizaine de minutes tournée par un spectateur, « l’homme est maitrisé au sol par l’officier et, un instant, il disait : « Ne me tuez pas ». Les témoins ont sollicité l’officier d’ôter son genou du cou de George Floyd, qui ne bougeait plu. Et l’un d’entre eux d’avertir : « Son nez saigne ». Un autre lui demandera de « décramponner son cou ». La victime apparaît alors raide, paralysée, avant d’être jetée sur un brancard et dans une ambulance.

Un incident qui remet à l’ordre du jour d’autres affaires de racisme aux États-Unis

L’ancien Président Barack Obama s’est dit « choqué » par une telle tragédie. « Cela ne devrait pas être ‘normal’ dans l’Amérique de 2020. Cela ne peut pas être ‘normal ». Aux yeux du premier Président noir des Etats-Unis, « Si nous voulons que nos enfants grandissent dans un pays qui est à la hauteur de ses idéaux les plus grands, nous pouvons et devons faire mieux ». Le Prédécesseur de Donald Trump rappelle cependant : « Nous devons nous souvenir que pour des millions d’Américains, être traité différemment en fonction de la race est tragiquement, douloureusement et de façon enrageante ‘’normal’’, que ce soit dans leurs relations avec le système de santé, avec le système judiciaire, en faisant du jogging dans la rue ou juste en observant les oiseaux dans un parc ».

Avec le meurtre de George Floyd, la Star de la NBA, Lebron James, n’a pas manqué, à son tour, de dénoncer une « injustice raciale » et « les violences policières sur les noirs aux Etats-Unis ». Le joueur des Los Angeles Lakers se dit indigné. « J’ai regardé cet homme mourir », a dit Darnella Frazier, la fille qui a filmé le meurtre de George Floyd, anéantie. En larmes, l’adolescente de 17 ans, qui est retournée sur la scène du drame, après la publication de la vidéo, a déclaré : « il m’était difficile de trouver les mots ou les émotions appropriés pour décrire ce meurtre traumatisant, alimenté par le racisme ». Une expérience simplement traumatisante.

Quant à Kellie Chauvin, la femme du policier inculpé du meurtre de Georges Floyd, originaire du Laos (pays d’Asie du Sud-Est), avec qui il s’était marié depuis 2010, a tout simplement demandé le divorce, donc la dissolution de ce mariage qui dure depuis 10 ans déjà. Ébahie, elle l’a vraiment été après avoir visionné la vidéo d’un policier blanc, son marie, se tenant à genoux sur le cou d’un homme noir qui se lamentait jusqu’à ce que mort s’en suive. Selon ses avocats, «Elle est dévastée par le décès de Monsieur Floyd. Toutes ses pensées vont vers sa famille, ses proches et tous ceux qui le pleurent ». Un incident qui remet à l’ordre du jour d’autres affaires similaires relevant du problème de racisme qui sévit aux États-Unis depuis la nuit des temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

1er rendez-vous du «gouvernement face à la presse : 8 ministres ont ouvert le bal

  La nouvelle trouvaille de Macky Sall pour offrir une tribune de défense &agr…