A la une à Thiès - 8 mars 2020

Meurtre à Thies. La mère du Meurtrier de Marième Diagne brise le Silence

Meurtre à Thies. La mère du Meurtrier de Marième Diagne brise le Silence

Après le meurtre de Marième Diagne la vingtaine, les langues se délient. La mère d’Assane,présumé meurtrier, face aux nombreuses interpellations, répond par la négation pour la plupart et semble mettre  hors de cause son fils…
« Assane est parti  depuis le barakhlou ( mois précédent le ramadan 2019).je ne l’ai pas vu depuis, je le jure sur Dieu ! S’il est revenu du Maroc, je suis incapable de vous dire, où et quand. « Commente sobrement la mère du meurtrier de 30 ans. A la question de savoir si elle connaissait la victime de son fils,  elle acquiesce et  rétorque sèchement : 
 » Marième venait régulièrement  la maison . Elle s’habillait toujours de jeans et d’une casquette , avec cet accoutrement , la renvoyais , lui disant  qu’une jeune fille bien éduquée ne devait pas fréquenter les garçons.La jeune fille ,sans doute choquée par mes observations, entrait et sortait de la maison sans même me saluer. » 
Quand la mère interpellait son fils sur leurs relations, ce dernier,  lui répondait sans cesse qu’ils  n’étaient que  amis. Mais  dit – elle,  » je n’étais pas dupe et savais qu’il y’avait bien quelque chose entre eux « . Pour la mère du meurtrier, les entrevues des jeunes gens, dataient de plus d’un an mais cela faisait un bon bout de temps qu’elle fréquentait plus la maison. La mère d’assane ,  voilée et le dos tourné  à la camera, accablait  froidement la mémoire de la défunte . Elle la tenait rendant  responsable  la jeune fille, d’avoir entretenu les relations avec son fils: « Quand je trouvais cette fille dans sa chambre et qu’ils étaient seul, je leur demandais d’aller s’asseoir dans la cour, mais comme toujours, mon fils me tranquillisait, disant qu’une certaine amitié les liait.  Mais depuis , beaucoup d’eau a coulé sous les ponts selon la vieille femme, quelle avait perdu de vue la jeune fille jusqu’au jour, où elle se présenta devant elle pour remettre une convocation à Assane.  » Cest le lendemain que le meurtre a eu lieu  » Explique la mère du meurtrier


Quid du mobile du crime ?
Sur les causes exactes ayant entraîné la mort de Marième, c’est le flou total .Seules les conclusions de l’enquête pourront donner un coup de projecteur sur cette terrible affaire , avec toutes les supputations en cours avec pour l’instant et comme  seul dénominateur commun  , l’argent.« 

J’avais averti Marième,de la déficience mentale de mon fils !  » dixit la mère…
Interrogée su le profil psychiatrique du meurtrier, la vieille femme se fait plus causante et  donne des détails surprenants, à quels fins ?  : « j’avais plusieurs fois averti Marième de ne plus fréquenter Assane puisque qu’il ne jouissait pas de toutes ses facultés mentales et elle -même me rétorquait  » qu’elle savait que mon fils n’était pas normal  » Après le meurtre , elle voulait se rendre chez les Diagne, pour s’enquérir de la situation, mais ses proches , craignant une vengeance aveugle, l’ en dissuadèrent…   


Les controverses de l’argent « envoyé ».
Apparemment, sa tante qui a requis l’anonymat , a été  la seule personne à qui Assane a  fait de ses differents avec la famille Diagne , sans doute voulait-il  un témoignage dans sa démarche.  » Il était venu me voir au moment du petit déjeuner déclarant qu’il était revenu du Maroc , la veille . Après avoir tergiversé pendant un bon moment, il finit par dire qu’il souhaitant qu’elle l’accompagna auprès de Marième à qui, elle lui envoyait régulièrement de l’argent à garder, jusqu’à son retour au Sénégal. Selon sa tante, « le jeune homme aurait tenté de récupéré son argent mais y parvenir, arguant que la jeune fille et sa mère , lui avaient opposé un refus catégorique , avant de le narguer ».Pour mettre fin à ce bavardage et après lui avoir donné une bonne leçon de savoir-vivre , la tante lui répondit fermement qu’elle ne se mêlerait jamais de cette affaire où  » le jeune homme n’avait pas tenu compte des efforts des uns et des autres des membres de la famille, pour l’aider à migrer au Maroc » . Auparavant, le meurtrier, près la plaine de la famille pour menace de mort, avait lui aussi  déposée une au commissariat  pour récupérer ce qu’il disait être son dû.  En tout état de cause, la mort de Marième a été un coup dur pour la famille qui, très stoïque à porté le deuil dans la résignation et à évoquer la volonté divine. Dans cette grande épreuve, la famille Diagne à su compter sur l’assistance des populations dont , Habib Niang, président de mouvement de soutien. Ce dernier met en cause dans ce drame, le manque d’éclairage favorisant les agressions. Après le meurtre sauvage de « cette jeune fille à la fleur de  l’ âge, promue à un bel avenir, le responsable politique dit être d’accord, pour l’application de la loi, sur la peine de mort… »   ( vidéo)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Boubacar Diarra: L’invité de Thies info

L’invité de Thies info, Boubacar Diarra fait de point de la situation de la Pandémie…