Mbour  Enda Madesahel préserve les espèces rares et menacées 

Actualités à Thiès

La conservation des plantes menacées d’extinction au niveau du Sénégal est l’une des principales missions menées par le jardin botanique Michel Adanson de Mbour, initiée par l’ ONG Enda – Madesahel. Son engagement pour la préservation de la flore rare et menacée lui a permis de devenir un véritable pôle de compétence dans les activités de sauvegarde, de suivi et de réintroduction des populations végétales en déclin. Face à ce constat,  Enda  – Madesahel se focalise sur les politiques de prévention dans ce domaine en mettant en place le conservatoire botanique Michel Adanson dans cette zone de la Petite côte, une zone géographique vulnérable marquée, entre autres, par une érosion côtière et un dépeuplement des cocotiers

. Au regard de cette anomalie qui perturbe l’évolution des espèces végétariennes,  Enda – Madesahel a envisagé des innovations de tailles en rapport avec les   activités dudit centre pour une protection durable des ressources végétales menacées. Auparavant,  la menace qui pesait sur ce patrimoine mondial abritant plus de 1000 individus de plantes répartis en 184 espèces végétales issues de 146 genres et 55 familles  était palpable.  Mais grâce à    cette ambition d’envergure nationale d’ Enda  – Madesahel sur la préservation de la biodiversité , la protection de la nature d’une manière générale constitue un pilier essentiel pour le développement de notre pays. 

En outre,  selon les acteurs d’Enda – Madesahel ce jardin botanique est un élément non négligeable de séquestration de carbone dans le département de Mbour qui est située sur la Petite côte,  à  environ 80 km au sud de Dakar et limitrophe de la station balnéaire de Saly, lieu très prisé par les touristes du monde entier.  Au terme de ces avantages et inconvénients constatés dans cette zone d’intervention,  les acteurs de l’ ONG Enda – Madesahel lancent un appel à tous les partenaires pour qu’ils puissent l’accompagner dans ses missions menées à l’intérieur du pays pour la promotion mondiale de la notion de biodiversité. Pour pouvoir évaluer cette relation,  il est nécessaire, selon les acteurs d’Enda Madesahel,  d’analyser les configurations actuelles des politiques de protection institutionnalisée de la nature à travers des synergies évidentes.

À cet effet,  Enda – Madesahel a déjà joué un grand rôle dans la formulation des diverses politiques de protection de la nature au Sénégal. Dans ce cadre, elle compte accompagner les décideurs sur les stratégies, les modes de financement et les réformes de gestion sur le terrain. Pour parer à toute éventualité, au niveau de la Petite côte,  il est nécessaire de continuer davantage à trouver des pistes et idées d’actions à mener aptes à assurer la protection de cette réserve qui joue un rôle capital dans l’atténuation des effets du changement climatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *