linitiative de kilimandjaro a th 845x475 - L'initiative de KILIMANDJARO à Thiès, pour l'accès des femmes à la Terre
Home Thies actualites senegal L’initiative de KILIMANDJARO à Thiès, pour l’accès des femmes à la Terre
Thies actualites senegal - 26 février 2021

L’initiative de KILIMANDJARO à Thiès, pour l’accès des femmes à la Terre

L’initiative de KILIMANDJARO à Thiès, pour l’accès des femmes à la Terre

Depuis toujours,  l’accès à la terre a été un véritable dilemme  pour les femmes, mais aujourd’hui, la donne est entrain de changer avec l’intervention des ONG, telles Kilimandjaro qui portent  le plaidoyer, en appuyant les initiatives  locales…

Pour la présidente de Kilimandjaro,  cette rencontre au sommet avec les officiels de l’Union Africaine considérée comme de haut niveau, avec la charte, « comportant  15 points précis, intégralement intégrés dans les politiques foncières, agricoles et économiques de l’Union. » Une consécration  pour Kilimandjaro, de l’avis des femmes.

En effet, de 2016 à nos jours, l’ONG a franchi beaucoup d’étapes et obtenu des résultats satisfaisants. «  Ce jour restera donc gravé dans l’Histoire, que l’Union Africaine valide la charte avec les 15 demandes précises , sans en enlever aucune, est un réel motif de satisfaction .» Se réjouit  la présidente de Kilimandjaro qui rappelle  que le Sénégal  accepte que 30  % des terres soient octroyées aux femmes,  avec des mesures d’accompagnement : capacitations techniques, managériales, financières et d’équipements. Avec cet acte officiel de l’Union, Kilimandjaro souhaite que le Sénégal  puisse être actif, respecter ses engagements et appuyer les initiatives locales  à la base  acquises, grâce au plaidoyer de Kilimandjaro.

Auparavant, les femmes venant d’horizons divers ont énuméré leurs contraintes et étalé leurs inquiétudes :   « j’ai bénéficié d’une attribution de 3 hectares, payé 75 000 Fcfa de frais de bornage et je ne parviens pas à recevoir de la mairie, mes actes d’attribution, ce qui me fait mal. Comme les hommes, nous avons aussi besoin de terre pour notre autonomisation ». Se lamente une dame d’âge mûr. Pour cette autre qui dispose de terre a des problèmes d’eau car la nappe phréatique n’est pas abondante et peine à démarrer ses activités culturales.  A Gandiaye Mme  Adama DIOUF, déléguée de quartier et présidente de groupement  à Gandiaye,  « porte elle aussi le le plaidoyer de l’accès à la terre et à l’accompagnement. Bref, «  le leadership féminin et la participation politique. » Enfin, comme les autres intervenantes, Gnima DIENG, ressortissantes de Dionewar, des îles du Saloum, estime  que les femmes de  sa localité, n’ont pas accès à la propriété foncière, est traditionnellement réservé aux hommes. Il s’y ajoute la salinisation  des terres cultivables,  l’avancée de la mer. Elle lance ainsi un cri de désespoir devant ce dilemme consistant  qu’avoir un lopin de terre « pour juste,  cultiver de quoi vivre », hélas…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

La Fédération du Parti PUR de Thiès au chevet de la pouponnière sourire bébé

La Fédération du Parti PUR de Thiès au chevet de la pouponnièr…