336 vues

La VERSION de l’incident en mer d’Oman REMISE en question par des DIRIGEANTS européens

Alors que Washington et Londres pointent du doigt l’Iran en l’accusant d’être derrière les attaques de pétroliers commises en mer d’Oman, certains responsables européens, dont le chef de la diplomatie allemande, mettent en doute leur version des faits. Certains gouvernements européens ont refusé de soutenir les allégations américaines selon lesquelles l’Iran serait responsable des attaques perpétrées contre deux pétroliers dans le golfe d’Oman le 13 juin.

La vidéo américaine qui montre des soldats iraniens retirant une mine magnétique de la coque d’un bateau ne permet pas de tirer des conclusions quant à la responsabilité de l’attaque qui a visé deux pétroliers jeudi dans le golfe d’Oman, a jugé le ministre allemand des affaires étrangères. Son point de vue a été fermement soutenu par Nathalie Tocci, conseillère principale de Federica Mogherini, qui a également souligné qu’avant de blâmer quelqu’un, «nous avons besoin de preuves crédibles». Elle a de plus appelé à éviter toute «provocation» dans la région.

La France, de son côté, hésite à choisir son camp: elle a condamné l’attaque mais s’est abstenue de commenter les renseignements américains ou d’évaluer la vidéo de CENTCOM.À Paris, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a néanmoins appelé «l’ensemble des acteurs concernés (…) à la retenue et à la désescalade.» Alors que le gouvernement britannique alimente quant à lui la version américaine, le PDG de la société japonaise qui exploite le pétrolier Kokuka Courageous a réfuté leur vision des choses, déclarant que l’équipage avait vu un tir peu avant l’explosion.



Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.