Insolite: B.Mbaye hypnotise une femme mariée, abuse d’elle et la menace de publier ses photos intimes 

ACTUALITES AU SENEGAL DU JOUR Insolite

Le sieur B.Mbaye, né en 1984 et domicilié à Rufisque, risque 6 mois d’emprisonnement ferme pour collecte de données à caractère personnel, détention d’images contraires aux bonnes mœurs et charlatanisme.

Il faisait face au juge du Tribunal des flagrants délits de Dakar ce mardi 29 Mars 2022.

Le prévenu avoue avoir pris des photos avec le consentement de la dame “ je ne l’ai jamais menacé de publier les images. Je l’ai conduite chez un marabout à deux reprises et on partait ensemble à chaque fois, pis il déclare que la dame M. Ndiaye était sa copine et que cette dernière lui avait fait croire qu’elle a divorcé depuis la fête de Tabaski”.

Toujours dans sa déclaration, le prévenu de dire: “ elle m’a dit qu’elle voulait retourner avec son mari . Par la suite, elle m’a proposé de trouver une chambre pour qu’on puisse continuer notre relation en cachette car son époux venait chez elle tous les 15 jours” s’est-il dédouané.

À son tour, la plaignante Mame B.Ndiaye déclare avoir connu le prévenu par l’intermédiaire de sa colocataire. “il m’avait dit qu’il allait m’aider à me réconcilier avec mon mari. Il a appelé un marabout devant moi et le lendemain il m’y conduisit.  Ce dernier m’a réclamé 30.000francs pour l’achat de deux poulets. Quelques jours plus tard, il m’a remis de l’eau bénite en me disant que c’est le marabout qui le lui a donné “ narre t-elle avant d’ajouter “on s’est subitement rapproché et j’ai commencé à faire avec lui des choses que je n’aurais jamais dû faire. Je n’étais plus lucide, j’ai fait 11 ans de mariage et j’ai 3 enfants avec mon mari”.

Selon elle, le prévenu savait qu’il allait reprendre ses esprits tôt ou tard , raison pour laquelle il l’a photographié à son insu. La partie civile explique qu’elle avait même changé de puce pour se débarrasser de lui. “Mais il me faisait chanter avec les photos. Le jour de son arrestation, il a insisté pour que je lui ouvre la porte, tout en me menaçant de diffuser les images » a t-elle déclaré. Par la suite, la requérante a alerté la police. « Je lui ai remis deux fois 100.000 francs et mes boucles d’oreilles en or, j’étais nue sur les photos » précise t-elle.

Le substitut du procureur a souligné que les faits sont graves car le prévenu a détenu les images pour avoir des faveurs sexuelles de la part de la partie civile et a requis 6 mois de prison ferme contre le mis en cause.

Le jugement sera rendu le 5 avril prochain.

Comments are closed.