Gambie : les parents des victimes des sirops frelatés réclament justice

International

En Gambie, le bilan des sirops toxiques produits en Inde est maintenant de 69 morts, tous des enfants. Si les résultats de l’enquête n’ont pas encore été publiés par les autorités du pays, l’OMS a déjà alerté sur la dangerosité de ces sirops censés soigner la toux. Pour les parents des victimes, c’est l’effroi. Il est difficile de comprendre pourquoi le bilan continue de s’alourdir.

Avec notre correspondant à Banjul, Milan Berckmans Dans sa maison à Tallinding, au sud de Banjul, Mariama Kuyateh, 30 ans, reçoit les amis du quartier et les proches pour une dernière réception en l’honneur de son fils, Musa, décédé le 1er septembre dernier. « C’est terrible, il prenait encore le sein, nous avions ce lien si fort avec mon enfant », témoigne-t-elle.

À 1 an et 8 mois, son fils Musa Komaso est mort d’une insuffisance rénale aiguë suite à la prise d’un sirop frelaté produit en Inde. Pour Mariama, l’inaction du gouvernement gambien pourrait encore aggraver la situation : « Maintenant, il est temps pour le gouvernement de se bouger et d’arrêter ces produits, parce que s’ils ne le font pas, et que d’autres sirops entrent dans le pays, ce sera terrible. »

Lundi soir, deux associations d’avocats gambiens demandaient une enquête indépendante afin de mettre en lumière la responsabilité des différents acteurs impliqués dans ce drame.

Avec RFI

Tagged

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *