954 vues

Fatou Diagne: « Le basket a changé ma personnalité et m’a aidé dans mes études »



Fatou Diagne thies

Thies : Fatou Diagne, l’internationale sénégalaise de basket  s’est entretenu à bâtons rompus avec  Assane  Ly, reporter à Thiesinfo. La lionne  a   évoqué la préparation  de l’équipe avant  les rencontres épiques notamment  celles , contre le Mozambique et le Nigeria  et ce qui n’a pas marché.  Pour elle, l’équipe  était très déterminée et avait l’ambition de ramener la coupe de l’Afro basket. «  On s’était bien entraîné et les coachs on fait ce qu’ils devaient faire »argumente la basketteuse,  mais, poursuit elle, parfois , la «  défaite est imparable  : l’ équipe s’était donnée à fond , s’était  surpassée » .Cependant , la défaite du Sénégal contre le Nigéria a été dure pour elle , une pilule amère à avaler…

« Le basket a changé ma personnalité et m’a aidé dans mes études »

Les débuts  de la lionne,  son  « suivisme payant » 

 Revenant sur sa carrière professionnelle, Fatou parle d’abord de ses pulsions, ses motivations qui furent d’abord par « suivisme », mais aussi, par l’enchantement au  port des maillots et d’équipement sportif.  « Mon grand frère  ancien international  de basket évoluant aujourd’hui aux USA, m’a beaucoup influencée », confie- t’elle.  Fatou a fait ses débuts au CNEPS, avant  d’atterrir ensuite dans d’autres académies, dont celle de Gallo Fall, où elle  apprit , les rudiments de la discipline.  

La transformation caractérielle, sociale…

  La vedette  du basket sénégalais se souvient de sa première sélection en équipe nationale. Je ressentais une vive émotion  et une grande fierté, en revêtant le maillot national ». Côtoyer  des icônes comme Astou Traoré et Mame Marie Sy était pour elle, être leur co-équipière,  était simplement fabuleux !  Sur le plan de la personnalité caractérielle et sociale, l’universitaire  en Commerce international   s’est  beaucoup améliorée et l’avoue : «  le basket ma’ aidée sur les études, et vaincre ma timidité. Auparavant, j’étais trop pudique ; je n’osais pas toiser quelqu’un du regard .Le basket a fait de moi un leader et enrichi  le champ de mes connaissances »

Interrogée sur un  éventuel «  manquement » du Sénégal  face au Nigeria qui semble être sa bête noire. Elle donne son point de vue, revenant sur  sa première déclaration : « A mon avis, on  ne peut pas parler  de manquement. La défaite, quand, elle doit venir, elle vient !  D’ailleurs; cela se vérifiait par des pertes de balles,  de rebonds, de paniers manqués etc. »

Les maux : manque de promotion des petites catégories,  de patriotisme …

Quant aux maux de l’équipe de basket  malgré les efforts de et du ministère  l’Etat, elle pointe du doigt sur des problèmes organisationnels et  de patriotisme : « le manque de promotion de la petite catégorie, leur sur classement en catégorie senior  sans passer par les déférentes étapes  en bas âge. Par ailleurs, elle note que les basketteuses  parties  monnayer ailleurs leur talent, ne reviennent plus aider en équipe nationale.  « Elles (les émigrées) devaient   aider à la promotion de leur pays et non  laisser tout à la charge de l’Etat »   Très rationnelle et visionnaire, Fatou Diagne répartit  80% de son temps  aux études contre seulement 20% pour  le sport… (vidéo)


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*