Conducteurs de Jakarta
Home A la une à Thiès COVID-19 : Le calvaire des conducteurs de mototaxis «Jakarta», à Thiès
A la une à Thiès - 31 mars 2020

COVID-19 : Le calvaire des conducteurs de mototaxis «Jakarta», à Thiès

Dans le contexte actuel de Coronavirus, l’un des secteurs d’activités les plus affectés par les conséquences économiques désastreuses nées de la gestion de la pandémie inhumaine du Covid-19, reste celui des mototaxis «Jakarta».

Le respect strict des mesures préventives édictées par l’autorité compétente dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, a presque mis à genoux le secteur des mototaxis «Jakarta».

La pandémie ayant engendré un fort taux de « chômage forcé » au sein de la famille des conducteurs de ces engins. A Thiès, les gens ont peur. Et de plus en plus, ils affichent un respect presque religieux envers les nouvelles mesures prises pour contenir la propagation de la pandémie du Covid-19.

Ce qui porte un sacré coup à l’activité de ces derniers dont l’immense majorité est issue de familles très démunies joignant difficilement les deux bouts.

Dans la circulation, les «incessants contrôles routiers» contre lesquels ont toujours protesté les intéressés, se font désirer par les Thiessois, qui, toutefois, poussent un « Ouf » face à la réduction, voire la disparition des nombreux accidents, souvent mortels, causés par ces « anges de la mort ».

Les « ininterrompus contrôles routiers autour du port du casque de sécurité, la présentation d’un permis de conduire et d’une carte grise de l’engin ».

Partout dans la cité du Rail le décor a changé.

Stoppant du coup l’incessante détérioration des « rapports de bon voisinage » qui devraient exister entre les forces de sécurité et les conducteurs de mototaxis «Jakarta».

Deux familles qui s’observent avec animosité et persistent à se regarder en chiens de faïence. « Nous voulons qu’on nous laisse travailler. Nous n’avons que ça pour survivre, c’est notre gagne-pain.

Nous ne sommes pas des bandits encore moins des trafiquants de drogue, mais d’honnêtes citoyens, des responsables de famille qui gagnent à la sueur de notre front le minimum permettant de subvenir aux besoins familiaux », ont toujours fait savoir ces conducteurs de mototaxis «Jakarta».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

«Il n’y a pas d’effets de toxicité qui peuvent empêcher les populations de manger du poisson» ministre environnement

De Tivaouane, Abdou Karim Sall annonce que son département, après avoir fait…