dr bousso ok 1 - COVID-19 : Dr Bousso démonte l’OMS qui prévoit environ 190.000 morts en Afrique
Home Actualités à Thiès COVID-19 : Dr Bousso démonte l’OMS qui prévoit environ 190.000 morts en Afrique
Actualités à Thiès - 8 mai 2020

COVID-19 : Dr Bousso démonte l’OMS qui prévoit environ 190.000 morts en Afrique

Selon une nouvelle étude du Bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Afrique, 83 000 à 190 000 personnes en Afrique pourraient mourir du Covid-19 et 29 à 44 millions pourraient être infectées au cours de la première année de la pandémie si les mesures de confinement échouent. Selon le Dr Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, qui a annoncé ces nouvelles projections lors de la conférence de presse virtuelle Africa Media leader de l’OMS, les nouvelles estimations sont basées sur la modification du risque de transmission et de la gravité de la maladie, avec des variables spécifiques à chaque pays, afin de tenir compte de la particularité de la Région. « On estime qu’il y aurait 3,6 à 5,5 millions d’hospitalisations dues au Covid-19, dont 82 000 à 167 000 seraient des cas graves nécessitant l’administration d’oxygène, et 52 000 à 107 000 des cas critiques requérant une assistance respiratoire » selon l’étude.

Toutefois, le Dr Abdoulaye Bousso, Directeur du centre des opérations d’urgences sanitaires, un des principaux responsables de la lutte contre la pandémie dans notre pays, estime que « la catastrophe prévue (en Afrique) n’arrivera pas », dans des propos rapportés par l’AFP. « Je reste convaincu que l’Afrique pourra faire face et tout le désastre, toute la catastrophe qu’on avait prévue avec ce Covid en Afrique n’arrivera pas, Inch’Allah », a-t-il dit. Le praticien a évoqué le cas des principaux centres de traitement qui approchent leurs limites, avec un taux d’occupation de 80 %. « Nous avons encore de la marge, mais ça va très vite en termes de nombre », a-t-il dit. Pour désengorger et faire de la place, les cas peu ou pas symptomatiques seront donc transférés des hôpitaux vers de nouveaux sites. La propagation reste relativement contenue au Sénégal. Tout en restant prudent, le Dr Bousso évoque une combinaison de facteurs, comme l’hospitalisation systématique et rapide, la présence locale de capacités de dépistage, la prescription généralisée de l’antipaludique hydroxychloroquine ou encore la jeunesse des malades pour expliquer le faible nombre de morts dans notre pays. Selon lui, l’Afrique pourrait, au bout du compte, s’en tirer relativement mieux que d’autres régions du monde, malgré les craintes exprimées sur l‘état de ses systèmes sanitaires. « L’Afrique est allée très rapidement dans la prise de mesures fortes, contrairement à ce qui s’est fait en Europe, en France, Italie, Espagne ou aux Etats-Unis », a-t-il souligné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Son pied rongé par une plaie, ce cas social reçoit la visite de Thies Solidarité

Son pied rongé par une plaie, ce cas social reçoit la visite de Thies Solida…