Coronavirus Sénégal : Une communication défaillante autour du cas communautaire ?
Home Actualités nationales Coronavirus Sénégal : Une communication défaillante autour du cas communautaire ?
Actualités nationales - 29 avril 2020

Coronavirus Sénégal : Une communication défaillante autour du cas communautaire ?

La peur  a fini de gagner les sénégalais

Selon le Docteur Moussa Thor, « la communication autour du cas communautaire ne fait que renforcer la peur qui a fini de gagner les sénégalais. Ce qui risque de causer plus de dommages que le Coronavirus lui-même. »

Pour lui, «nous avons deux situations à gérer. Nous avons d’abord une situation épidémique du Coronavirus, mais surtout, une épidémie de peur, qui fait beaucoup plus de dégâts que le Coronavirus lui-même. Il est temps qu’on s’intéresse à cette épidémie de peur ».

Qu’est ce qui se passe aujourd’hui ? « On est en train de communiquer autour du cas communautaire, pour dire aux gens que, s’il y’en a dans une communauté, c’est la catastrophe. Mais si on continue, à compter tous les jours à 10 heures, le nombre de cas communautaires, il faut qu’on soit prêt à compter ces cas, jusqu’au-delà de 2020 ».

Activer le principe de la vaccination

Pour les cas communautaires, de quoi s’agit-il en réalité ? « On nous dit que c’est une personne, qui ne peut pas lier sa contagion avec une autre personne. On ne sait pas qui l’a contaminé. Il n’y a vraiment pas de souci pour ça, si on active le principe de la vaccination, qui est d’inoculer un microbe vivant, atténué ou mort, dans un organisme.  Pour que cet individu développe des anticorps qui sont prêts à militer lorsqu’il y’a une attaque réelle. »

 Dans la maladie du Coronavirus, « c’est exactement la même chose, quand le virus circule, surtout si vous avez une population très jeune, ce qui est notre chance en Afrique. Il y’a ce qu’on appelle le développement d’anticorps, et ce dernier, va constituer un frein au réseau de distribution de la maladie et protéger les personnes vulnérables », a-t-il expliqué.

Le Sénégal a un excellent système de surveillance épidémiologique

Ici au Sénégal, poursuit-t-il, « nous avons un excellent système de surveillance épidémiologique. Nous pouvons faire confiance à nos médecins de santé publique. Mais ils ne peuvent que travailler dans un environnement serin parce qu’en ce moment, l’atmosphère est polluée. « On communique trop autour du cas communautaire qui n’a aucune signification dans le réel ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Linguère : Un berger tué à coups de couteau par son collègue

Les habitants de Doundoune, une localité située dans la commune de Doddji, dans le départe…