Home A la une à Thiès Citées comme une piste sérieuse dans l’émergence du Coronavirus, les chauves souris se la coulent douce à Thies
A la une à Thiès - 19 avril 2020

Citées comme une piste sérieuse dans l’émergence du Coronavirus, les chauves souris se la coulent douce à Thies

« Si vous n’avez jamais reçu des excréments de chauves souris sur la tête, on peut considérer que vous n’êtes pas encore un vrai Thiessois ».

En effet, Depuis notre tendre enfance, les chauves souris qui ont élu domicile sur les caicédrats « Khay » de la capitale du Rail n’ont jamais été pourchassées ou décimées.

Dans l’épopée de cette épidémie terrifiante du Coronavirus, si le Pangolin est souvent accusé d’être à l’origine de la maladie, La chauve-souris, est aussi une piste sérieuse dans l’émergence de l’épidémie.

En effet, « Bon nombre des épidémies virales les plus sévères de ces dernières années proviennent de la chauve-souris. Le SARS, le MERS, Ebola, Marburg et probablement aussi le coronavirus 2019-nCoV dont l’épidémie qui a pris départ en Chine depuis décembre 2019, a fini de terroriser le monde entier. Si toutes ces maladies prolifèrent dans le même réservoir, l’organisme de la chauve-souris, c’est peut-être parce que « son système immunitaire très développé s’avère très favorable à la réplication des virus« . notent les experts

Quand la maladie passe à un autre être vivant dont le système immunitaire est moins fort, comme les humains, alors les virus font des ravages mortels selon de récents travaux réalisés par l’Université de Berkeley et publiés dans la revue scientifique spécialisée eLife »

Pourtant en 2014, lors de l’épidémie d’Ebola, les autorités sanitaires de Thies avaient mis en place des mesures préventives. Ainsi, lors de la réunion du Comité régional de développement (Crd) de Thiès, organisée à l’occasion sur la question, l’extermination des chauves-souris considérées comme potentiels vecteurs a été évoquée.

Mais pour le Gouverneur adjoint de l’époque, la bataille qui valait à cette heure était celle de la sensibilisation. A cela s’ajoutent certaines mesures d’hygiène à prendre et allant dans le sens du lavage des mains, de ne pas entrer en contact avec de la viande de brousse et tout ce qui peut être un vecteur de la maladie. Le Projet a vite été mis à l’eau.

Aujourd’hui, la pandémie du Coronavis prend une autre ampleur dans notre pays. La contamination communautaire prend de plus en plus de l’ampleur, il est lieu de penser à la chauve souris, un membre dangereux de la communauté, devenue au fil des années, presque comme un paisible citoyen de la capitale du Rail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Les 400 travailleurs de l’usine LANA de Keur Madaro se révoltent contre leurs dures conditions de travail

« Les conditions de travail sont lamentables :12 heures par jour ! » C…