AE4B43A4 C355 4D00 9027 89031B9951E6 - Béchir Ben Yahmed, fondateur de Jeune Afrique, est décédé
Home actualités Internationales Béchir Ben Yahmed, fondateur de Jeune Afrique, est décédé

Béchir Ben Yahmed, fondateur de Jeune Afrique, est décédé

Alors qu’on célèbre la journée mondiale de la liberté de la presse, Le fondateur de Jeune Afrique s’est éteint ce lundi 3 mai à l’âge de 93 ans. Il était hospitalisé à Paris depuis la fin du mois de mars.

Né à Djerba le 2 avril 1928, en  Tunisie , Béchir Ben Yahmed, fondateur et patron historique de Jeune Afrique, est décédé à l’hôpital parisien Lariboisière des suites d’une contamination au Covid-19.

Béchir Ben Yahmed avait été, très jeune, ministre dans le premier gouvernement de la Tunisie indépendante. Mais la tentation du journalisme l’habitait déjà : en 1956, il lançait l’hebdomadaire L’Action puis, en 1960, Afrique Action qui, un an plus tard, allait devenir Jeune Afrique.

Après avoir mené de front ses carrières ministérielle et journalistique, il avait finalement opté pour la seconde et, pour se donner les moyens de son indépendance, avait décidé en 1962 de quitter Tunis pour Rome. Puis, deux ans plus tard, pour Paris où le groupe est toujours installé.

Fondé pour accompagner le mouvement d’émancipation des peuples qui, à l’orée des années 1960, accèdent à l’indépendance, Jeune Afrique a pris une part active dans tous les combats qui ont depuis rythmé l’histoire du continent.

Véritable école de journalisme où sont passés Frantz Fanon, Kateb Yacine et, plus récemment, les prix Goncourt Amin Maalouf et Leïla Slimani, Jeune Afrique a marqué des générations de lecteurs. Son influence lui a même valu d’être qualifié de « 55e État d’Afrique ». À la fin de la décennie 2000, Béchir Ben Yahmed avait passé les rênes du groupe à ses fils, Amir et Marwane, ainsi qu’au directeur de la rédaction, François Soudan. Son épouse Danielle, qui a joué un rôle essentiel à son côté tout au long de l’histoire du journal, avait notamment lancé la maison d’édition du groupe.

À la fin de la décennie 2000, Béchir Ben Yahmed avait passé les rênes du groupe à ses fils, Amir et Marwane, ainsi qu’au directeur de la rédaction, François Soudan. Son épouse Danielle, qui a joué un rôle essentiel à son côté tout au long de l’histoire du journal, avait notamment lancé la maison d’édition du groupe.

Témoin privilégié de tous les soubresauts de l’Afrique et du Moyen-Orient, observateur et éditorialiste engagé, avec lui, c’est l’un des derniers grands témoins de l’Afrique des indépendances et de la période postcoloniale qui disparaît.

Laisser un commentaire

Check Also

Jacob Desvarieux (Kassav) a tiré sa révérence

Le confondateur du groupe Kassav, hospitalisé depuis plusieurs jours en Guadeloupe …