58F23966 62C6 4A55 9E4D E3E56074F1D7 - Assassinat de Thomas Sankara: ouverture du procès ce Lundi , enjeux et limites d'un procès historique
Home International Assassinat de Thomas Sankara: ouverture du procès ce Lundi , enjeux et limites d’un procès historique
International - 11 octobre 2021

Assassinat de Thomas Sankara: ouverture du procès ce Lundi , enjeux et limites d’un procès historique

Ce Lundi 11 octobre, la justice militaire a ouvert un procès pour l’assassinat de Thomas Sankara à Ouagadougou, au Burkina Faso. Le leader révolutionnaire du Burkina Faso a pris le pouvoir lors d’un coup d’État en 1983 et a été tué le 15 octobre 1987, avec 12 collaborateurs. 34 ans après l’incident, ce procès peut enfin se dérouler et les enjeux sont de taille. Premièrement, ce procès doit clarifier les événements du 15 octobre 1987, et notamment déterminer la chaîne des responsabilités. “Nous voulons savoir qui a pris cette décision, qui a pris cette décision, qui l’a soutenu et pourquoi”, a déclaré Céline Bamuni, la fille de Paulin Bamuni, le directeur de l’agence de presse du président Thomas Sankara qui a été tué avec lui. Pour Aïda Kiemdé, fille de Frédéric Kiemdé, le conseiller juridique de Thomas Sankara, également mort à ses côtés, ce procès est un soulagement. « C’est le fruit d’un long combat judiciaire. Le règne de monsieur Compaoré ayant duré plusieurs années, nous n’avons pas eu notre mot à dire. Donc, cela a forcément suscité du désespoir. Certaines familles, notamment la mienne, ont dû quitter le Burkina, ce qui m’a valu de ne pas vraiment connaître mon pays, malheureusement, à cause de cet assassinat. Donc aujourd’hui, c’est vraiment une lueur d’espoir ce procès. Et on espère que justice sera rendue et qu’on aura la vérité après plusieurs années d’attente. »

Les accusés devront aussi s’expliquer, ils sont 14. Douze d’entres eux seront présentes. En revanche, l’ancien président burkinabè Blaise Compaoré et Yacinte Cavando, qui était soupçonné d’avoir dirigé le commando meurtrier de Sankara, seront jugés par contumace.

Le premier, réfugié en Côte d’Ivoire, a refusé de se présenter devant la justice. Quant au deuxième, il a disparu depuis 2015.

Laisser un commentaire

Check Also

Madagascar: le procès de la tentative présumée de coup d’Etat s’ouvre à Antananarivo

Sur le banc des accusés, 21 personnes, dont deux Français et leurs ép…