Le Portail de Thiès sur le web

mise à jour
il y a 5 heures
Veuillez vous identifier !
Infrastructure industrielle : Voyage au cœur d’Ibese, la jumelle de la cimenterie Dangote de Pout
Article mis en ligne le 21 décembre 2012 par THIESINFO
Imprimer l'article logo imprimer

D’une capacité de 6 millions de tonnes par an, la cimenterie du groupe Dangote, située à Ibese, dans l’Etat d’Ogun (Nigéria), en pleine forêt, est un complexe ultramoderne que l’homme d’affaire Al Hadji Aliko Dangote compte copier à Pout, au Sénégal.

Lagos - Au cœur d’une forêt luxuriante trônent des bâtisses élancées, dont quelques unes sont peintes en bleu. L’homme d’affaire nigérian Al Hadji Aliko Dangote a implanté, à plusieurs kilomètres de la capitale, Lagos, sa cimenterie, qui porte son nom. Mais, avant d’arriver à cet endroit, nous avons eu droit à un long voyage. Les nombreux embouteillages ont transformé Lagos en une ville où il faut se lever tôt pour espérer arriver à temps à destination. Notre chauffeur, un as du volant qui n’hésite pas à prendre des risques pour éviter les situations difficiles dans la circulation, donne parfois des frissons à certains passagers. D’autres finissent par s’endormir. Les larges autoroutes de Lagos cèdent la place à une route cahoteuse par endroits, au milieu de la forêt. Après plus de trois heures de route, nous voici dans la cimenterie d’Ibese, nom du village situé à 120 km de la capitale fédérale et qui était sur le site avant d’être délocalisé aux frais de Dangote. Nous ne sommes plus dans l’Etat de Lagos, mais dans celui d’Ogun. C’est toute une activité économique qui a éclos autour de l’usine. Des gargotiers, des vendeurs d’appareils électroménagers, des mécaniciens gagnent leur vie grâce à la présence des chauffeurs de camions qui attendent leur tour pour repartir avec une cargaison de ciment. A l’entrée, des travailleurs temporaires font la queue pour espérer faire partie de ceux qui permettent à l’industrie de produire 6 millions de tonnes de ciment par an. L’ingénieur Sunday Adondua nous explique le processus de fabrication du ciment, qui commence par l’extraction de la matière première (calcaire) et finit par l’ensachage. Auparavant, l’enrichissement avec du gypse, l’écrasement, le chauffage du produit, qui va donner du clinker et le refroidissement sont des étapes incontournables. L’homme insiste sur les chiffres, comme s’il voulait illustrer le caractère gigantesque de la cimenterie aux journalistes sénégalais venus se faire une idée de ce à quoi l’usine que Dangote est en train d’installer à Pout (région de Thiès) va ressembler. Car, selon les responsables de l’entreprise, dont le Sénégalais Serigne Aramine Mbacké, directeur général de Dangote industries Sénégal, la cimenterie de Pout sera la réplique de celle d’Ibese. Les photos du site en construction illustrent parfaitement cette ressemblance qu’un confrère s’amuse à appeler « clonage ». Ibese, qui est sur un site de 2000 hectares, a une capacité de production de 7000 tonnes par jour, soit 335 tonnes par heure. Les six silos ont une capacité de 10.000 tonnes chacun. « Nous produisons plus que le marché ne peut recevoir », déclare M. Adondua. La cimenterie Dangote s’appuie sur une mine de calcaire estimée à 760 millions de tonnes ; le minerai est extrait sans recours à la dynamite, assure M. Mbacké. Un flot ininterrompu de gros camions assure le transport du calcaire qui sera broyé par des écraseurs dont chacun a une capacité de 208 tonnes. Le produit final est mis en sachet par 12 machines, après avoir subi un contrôle dans un laboratoire équipé d’un automate qui se charge d’effectuer les prélèvements avant de les passer à une autre machine pour analyse. Ensuite, c’est l’étape de l’ensachage assuré par 1es machines qui peuvent ensacher, chacune, 2400 sacs par heure. Puis, les sacs de 50 kilogrammes finissent sur les bennes de camions qui font la queue. A noter que la cimenterie d’Ibese utilise l’électricité qu’elle produit elle-même pour tout ce processus. « Nous utilisons du gaz naturel qu’on achemine par pipeline ; nous recourrons aussi au pétrole et au charbon. Nous ne pouvons pas dépendre de la production électrique (du Nigéria) ; l’usine est indépendante. Elle dispose de trois turbines à gaz d’une capacité de 37,5 mégawatts chacune », explique l’ingénieur Sunday Adondua. Face à la demande en ciment de plus en plus importante sur le continent, l’usine d’Ibese compte doubler sa production pour la porter à 12 millions de tonnes par an, une fois les travaux d’extension terminés. Les charpentes métalliques donnent déjà une idée de l’immensité du chantier dont la fin est prévue en 2014. « Nous allons produire du ciment avec les lignes 3 et 4 en août » de cette année ; ainsi, nous serons en mesure de fournir du ciment pour la consommation locale et en exporter », espère l’ingénieur. Selon Sunday Adondua, 85 % du chantier sont déjà exécutés. Pour le moment, la cimenterie a généré 1500 emplois directs et 1000 autres vont venir s’y ajouter après la fin des travaux d’agrandissement. Les emplois indirects sont estimés à 6000. C’est ce business qui marche que le milliardaire Al Hadji Aliko Dangote veut exporter au Sénégal sous peu. Déjà le groupe a implanté des cimenteries dans plusieurs pays africains, dont l’Afrique du Sud, la Zambie, la Tanzanie, la Rd Congo, le Ghana, l’Ethiopie. « Notre mission, c’est de nous étendre en Afrique et, à partir du continent, atteindre le monde. Dangote veut être un agent mondial », confie l’ingénieur Adondua. La cimenterie d’Ibese semble épargner la nature, car nous ne voyons pas de fumée blanche sortir des cheminées pour rendre l’air irrespirable, encore moins de marque de pollution sur les arbres. Selon l’ingénieur, les émissions de poussière sont au maximum de 300 milligramme par mètre cube, alors que la norme standard au Nigéria est fixée à 100. « Nous sommes en dessous du standard mondial », se réjouit Sunday Adondua.

Une bonne production pour réduire le prix du ciment Les photos du chantier de la cimenterie Dangote de Pout montrent des images qui ressemblent à celles de l’usine d’Ibese. Le milliardaire nigérian a décidé d’ériger au Sénégal le même modèle, avec les mêmes infrastructures, la même architecture. L’arrivée du groupe Dangote aura-t-elle un impact sur le marché du ciment ? « Si le coût de production est efficace, le prix sera compétitif. Dangote est en train de pousser des cimenteries à appliquer des prix raisonnables », dit Sunday Adondua. « C’est l’idée de Dangote de voir comment baisser le prix du ciment. Si nous avons une bonne production, cela va pousser les gens à réduire le prix », déclare le patron de Dangote Sénégal. Pour le moment, 900 jeunes travaillent sur le chantier. « Nous ciblons 1000 emplois directs et 3000 indirects », ajoute M. Mbacké. « Dangote au Sénégal est un témoignage de ce que nous voulons faire pour l’Afrique. Ici, l’usine a changé l’aspect socioéconomique ; c’est ce que nous voulons faire au Sénégal », déclare l’ingénieur Sunday Adondua. Les populations du site de Pout, qui pourraient être affectées par l’érection de la cimenterie Dangote, ne seront pas laissées à elles-mêmes, promet M. l’ingénieur, qui donne en exemple le cas des villageois d’Obajana, qui ont été délocalisées ailleurs par l’entreprise, avec des maisons modernes, de l’électricité gratuite, de l’eau potable, des routes, des écoles, une mosquée, un hôpital, des forages solaires. « Nous comptons faire la même chose au Sénégal. Partout où nous avons des infrastructures, nous prenons en charge les communautés à qui nous offrons aussi beaucoup d’emplois », poursuit M. Adondua. Serigne Aramine Mbacké, directeur général de Dangote Sénégal, indique que le terrain devant accueillir les populations à déplacer a été déjà ciblé. Dans cette veine, « nous sommes en train de construire le premier écovillage au Sénégal, avec de l’eau par système solaire, des bourses pour les enfants qui seront suivis jusqu’à l’université », assure-t-il. A titre illustratif, il indique que l’entreprise a assuré le pèlerinage à la Mecque à une vingtaine de personnes en 2011 et cette année.

source le soleil



Répondre à cet article


Warning: Illegal string offset 'statut' in /homepages/18/d271462101/htdocs/thiesinfo/squelettes/formulaires/forum.php on line 22

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Nous joindre- Tel: 77 903 44 00

puceContactez-nous 779034400 | seyelatyr@hotmail.com | Qui sommes-nous? | Recherchez de l'aide |
© 2011 Thiesinfo-Multimedia Tous droits réservés